IciRE
IciRE
Membre depuis novembre 2015
233 fichiers audio
14 abonnés
0 abonnements

Risques de violence du mouvement souverainiste: Lisée répond aux déclarations de Trudeau
Publié il y a 7 mois

27901

Le chef du PQ Jean-François Lisée a répondu à Justin Trudeau qui a affirmé dans le cours de sa visite en Inde n'entretenir aucune sympathie envers le séparatisme sikh, en plus d'ajouter avoir lutté toute sa vie contre le mouvement souverainiste au Québec et qu'il est bien conscient des « risques de violence » qu'un tel mouvement peut entraîner.

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 23 février 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

04:37

5496

Jean-Charles Lajoie en entrevue à La Soirée est (encore) jeune
Publié il y a 7 mois

27876

L'animateur du 91,9 SPORTS a fait un détour dans les studios de la radio de Radio-Canada en fin-de-semaine pour aller rencontrer le quatuor de La soirée est (encore) jeune.

Parmi les choses qu'on a appris de l'animateur du retour de la seule radio sportive francophone à Montréal, c'est qu'il écoute très peu de radio et de télé sportives en dehors de celle qu'il fait. «Il y a un potentiel aliénant de surconsommer de ce que l'on fait, moi j'essais de m'en détacher complètement, de changer le mal de place, de faire autre chose» a dit celui qui a avoué écouter la Première Chaine la fin-de-semaine du matin au soir.

Jean-Charles est aussi revenu sur son expérience avec Radio X Montréal, un format qui n'a pas fonctionné a dit Wauthier, «Comme si c'était pas écrit dans le ciel» a ajouté Lajoie «oui mais tout le monde le disait c'est assez drôle hein...» a continué Wauthier. Jean-Charles a expliqué qu'au moment ou il a rejoint Radio X Montréal que ça ne devait pas s'appeler ainsi, «Et là est débarqué Patrice Demers de nulle part dans le dossier, de Radio X Québec, je me suis dit mais dans quelle galère je me retrouve?» tout en ajoutant qu'il y avait un honnête homme nommé Raynald Brière qui lui a dit «calme toi, fait-moi confiance, on s'en v quelque part».

L'animateur sportif a expliqué que l'aventure Radio 9 qui est arrivé par la suite fut une erreur stratégique importante pour RNC Médias: «Comment penser t'attaquer au géant 98,5 alors que tu as une antenne de piment qui traverse à peine West Island».

Lajoie a aussi avoué avoir offert ses services à Marie-France Bazzo alors qu'elle pilotait l'émission du matin à la radio de Radio-Canada. Il l'a remercié d'avoir décliné l'offre... (sous les rires de l'équipe).

Entendu à «La soirée est (encore) jeune» avec Jean-Phillipe Wauthier, Fred Savard, Jean-Sébastien Girard et Olivier Niquet le 18 décembre 2017 à Ici Première, la radio de Radio-Canada.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

15:53

254

René Homier-Roy n'a aucune idée qui est Jean-Charles Lajoie...
Publié il y a 7 mois

27874

On a eu droit à un beau moment cocasse hier sur les ondes de la radio de Radio-Canada!

Dans le but de teaser ce qui s'en venait plus tard à l'antenne, René-Homier, aux commandes de son émission Culture Club, a répondu un beau «pantoute» lorsque Jean-Philippe Wauthier de La Soirée est (encore) jeune, alors au téléphone, lui a demandé si il connaissait l'un de ses invités à son émission diffusée plus tard en soirée, soit Jean-Charles Lajoie. (Rappelons que Lajoie est quand même en ondes sur différentes radios montréalaises en plus de la télé depuis au moins une dizaine d'années).

Bien que la situation était non dramatique, Wauthier a quand même tenté de «sauver» son collègue en élaborant le parcours de l'animateur du 91,9 SPORTS et en le décrivant comme un Émile Nelligan mélangé à Guy Carbonneau. Pour terminer le segment, Homier-Roy a été incapable de se rappeler du nom de l'émission qu'anime Wauthier, la mélangeant plutôt avec «plus on est de fous plus on lit», une émission de la même antenne animé par Marie-Louise Arsenault.

Soit c'est une belle gifle à l'égo de Wauthier et Lajoie, soit M. Homier-Roy n'était pas dans son état normal, soit il s'en fou complètement des autres shows à l'antenne de la radio d'état. Qu'importe, ça a donné un joyeux moment de radio!

Entendu à La Soirée est (encore) Jeune et à Culture Club à Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada le 18 février 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:50

244

Zambito suspend sa collaboration avec l'UPAC: «Tant que le ménage ne sera pas fait»
Publié il y a 7 mois

27847

Lino Zambito, ex-témoin vedette de la commission Charbonneau, est suspecté d'être mêlé aux fuites d'informations concernant l'enquête sur le financement du Parti libéral du Québec. Ce matin, il est venu se défendre au micro de Alain Gravel à Radio-Canada.

«On a l'impression, à vous suivre, que vous êtes parti littéralement en croisade contre Robert Lafrenière... vous êtes proche de Guy Ouellet, qui on le sait est en guerre ouverte contre M. Lafrenière» lui a dit l'animateur Alain Gravel. «Moi je ne suis pas en guerre contre M. Lafrenière, moi je n'aime pas la façon que l'UPAC fonctionne. Je collabore avec eux, on essaie de me discréditer...moi on se le cachera pas, j'ai mis ma vie en danger pour témoigner contre certaines personnes... puis je pense que vous l'avez vu Québec j'étais sous protection...puis ceux qui ont mis les fuites dans les médias, il faut qu'il soit amené devant la justice» a dit celui qui dit suspendre sa collaboration avec l'UPAC «Jusqu'à ce que le ménage ne soit pas fait à la haute direction...mais je vais collaborer dans les procès en cours...» a dit Zambito.

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 12 février 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:46

92

«Véronique est la vice-chef et contrairement à Manon elle n'a pas de moustache» dit Lisée
Publié il y a 8 mois

27816

Le sens de l'humour «légendaire» du chef du Parti Québécois Jean-François Lisée a encore frappé en fin-de-semaine alors qu'invité à l'émission «La Soirée est (encore) Jeune» à Radio-Canada, il a fait une allusion à la «moustache» d'un de ses opposants politiques de Québec Solidaire qui s'avère être... une femme!

Alors que l'animateur Jean-Philippe Wauthier essayait d'avoir une explication sur la «réforme» annoncée du PQ faisant un parallèle entre la double chefferie du PQ vs les deux porte-paroles de Québec Solidaire, Lisée a tenté une explication qu'il a terminé avec une pointe d'humour qui n'a pas passé, si on se fie aux réactions de la foule puisque l'émission est enregistrée devant public.

«Le chef de Québec Solidaire, c'est quelqu'un dont le nom m'échappe...Manon pis Gabriel c'est des porte-paroles...moi je suis le Chef, je ne suis pas le porte-parole Véronique c'est la vice-chef, pas la porte-parole en plus, contrairement à Manon, elle n'a pas de moustache» a déclaré Lisée, en direct à la radio d'état, déclenchant les huées des gens présents et le malaise évident des animateurs qui ont rapidement passé à un autre sujet.

Entendu à La soirée est (encore) jeune avec Jean-Phillipe Wauthier, Fred Savard, Jean-Sébastien Girard et Olivier Niquet le 4 février 2018 à Ici Première, la radio de Radio-Canada.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:41

451

Un premier album «à jeun» pour Éric Lapointe: «Je trouve ça difficile»
Publié il y a 8 mois

27811

Franco Nuovo a reçu le chanteur Éric Lapointe cette semaine dans une longue entrevue à la radio de Radio-Canada. Celui qui est aussi juge à La Voix a déclaré qu'il était dans le processus de création d'un nouvel album présentement et que pour la première fois, il a le faisait sans l'apport d'aucune goutte d'alcool ...ou autres.

«Qu'est-ce que t'aimais dans l'alcool» lui a demandé Nuovo: «Au niveau de la création, c'est sur que ça te rapproche de tes émotions» a dit le chanteur de 48 ans qui avoue avoir écrit la très grand majorité de ses hits dans un état second. «Là je suis en train de faire un album et pour la première fois je fais un album à jeun et je trouve ça difficile» a-t-il avoué.

Sentant l'inquiétude de son invité face à son nouveau processus de création, Franco lui a dit que l'absence d'alcool n'est pas sensé enlever de talent: «Ça enlève pas de talent mais ça te rapproche de ton talent en tout cas, [rire] tu réfléchis pas, c'est juste les émotions qui parlent, puis la musique, faut pas que ce soit réfléchis...il y a souvent des matins ou je me réveille puis j'écoute ce que j'ai fait la veille puis j'ai l'impression que c'est pas moi qui l'a fait, mais c'est pas l'alcool non plus, c'est moi, moi sous l'effet de...» a dit Lapointe, laissant place à beaucoup d'interprétation pour Nuovo et les auditeurs.

Lapointe a admis aussi dans l'entrevue avoir commencé à «consommer» à environ 12 ans. Concernant le fait de donner des spectacles sans boire, le chanteur à dit que ça allait lui prendre une période d'adaptation parce que présentement il était le seul dans la salle qui avait «pas de fun».

Entendu à l'émission Les grands entretiens à Ici Première, la radio de Radio-Canada le 3 février 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

04:40

1220

André Arthur remercié de BLVD: «Ma surprise vient du fait que ça a duré plus longtemps que je l'imaginais» —Claude Thibodeau
Publié il y a 8 mois

27785

Celui qui se fait appeler le «consultant en communication» a commenté le congédiement d'André Arthur sur les ondes de la radio de Radio-Canada, et l'ancien grand patron du FM93 ne s'est pas dit surpris de la décision: «Ma surprise vient du faut que ça a duré plus longtemps que je l'imaginais» a dit celui qui avait contribué à créé le populaire Zoo dans les années 80.

«Quand le personnage arrive en ondes, on connait son fond de commerce, ses opinions ,sa façon de s'exprimer. On sait surtout que, plus il avance en âge, plus M. Arthur est inflexible sur ce que j'appellerais ses valeurs, ou ses croyances profondes» a analysé Thibodeau.

Catherine Lachaussée a souligné les bons résultats d'André Arthur dans son émission du midi, et a demandé au consultant quel serait la suite pour BLVD: «Combien de business est arrivé à BLVD parce que M. Arthur la générait...je ne suis pas convaincu qu'une grand majorité des publicités qui étaient dans l'émission de M. Arthur était directement attribuable à sa présence.» a-t-il dit.

«Si M. Arthur choisissait de continuer de faire de la radio à quelque part, il y a probablement quelqu'un qui lui offrirait un micro et probablement que cette station-là rapidement verrait monter ses cotes d'écoutes puis il y aurait l'effet André Arthur, c'est démontré, c'est éprouvé, c'est clair... c'est automatique. Mais avec ça vient le trouble, le stress, les brulements d'estomac, le fait qu'il a dit ceci, cela, que tu peux pas le contrôler.» a ajouté le consultant.

Puis, Claude Thibodeau a ajouté un élément intéressant du contrat que l'animateur déchu avait avec la station dirigée par Leclerc Communication: «M. Arthur cet automne avait annoncé un allégement de son temps d'antenne sur les ondes de BLVD, à la plus grande surprise, il avait dit je travaillerais maintenant trois jours par semaine et non pas quatre comme avant ou cinq. Moi ce que j'ai su à travers les branches, c'est que M. Arthur souhaitait en faire plus, et que les conditions qu'il n'arrivait pas à avoir de ses patrons étaient-elles que en bon ¨contrarian¨ comme il est, il a dit parfait d'abords donc je vais vous en donner moins, en espérant avoir un angle de négociation, or, semblerait que ça n'a pas marché, et aujourd'hui on voit que ça se solde par une fin des activités

Entendu à Radio-Canada cet après-midi à Ici Radio-Canada Première (Québec) avec Catherine Lachaussée le 29 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

09:06

287

Arthur commente son congédiement de BLVD: «Pour eux la pression devient trop forte, et je respecte ça»
Publié il y a 8 mois

27784

Alain Saint-Ours de Radio-Canada a recueilli les propos d'André Arthur suite à son congédiement de BLVD.fm aujourd'hui. Le Roi des ondes ne s'est pas défilé et à même défendu les derniers propos qui lui avaient été reprochés la semaine dernière alors qu'il avait appelé la rue St-Jean à Québec: Le Boulevard Sida.

«Je leur ai fourni les cotes d'écoutes dont ils avaient besoin. Ils m'ont très bien traité» a d'abord dit celui qui occupait le créneau du midi à cette station, tout en ajoutant: «Et là pour eux la pression devient trop forte, et je respecte ça.»

«Le propos vous ne le regrettez pas, ¨boulevard sida¨ c'était peut-être un peu fort non?» lui a suggéré le journaliste: «Absolument pas, ça fait 20 ans que j'emploie cette expression là» s'est défendu l'animateur. «Rappelez-vous quand la crise du sida est arrivée à Québec, et que dans le quartier gai les gens mourraient sans pouvoir aller à l'hôpital parce que les hôpitaux de Québec refusaient de les soigner. Vous rappelez-vous de ce temps-là? Vous rappelez-vous qu'à ce moment-là, on était les seuls à parler de ça? Il y avait la communauté homosexuel et il y avait les hémophiles qui avaient été infectés par la Croix Rouge, et on en parlait...» s'est remémoré celui qui a toujours été reconnu pour avoir beaucoup de mémoire. «À Québec pendant des dizaines d'années, le sida, c'était un sujet tabou dont j'étais le seul à parler publiquement, et j'en suis encore très fier» a dit l'animateur qui n'a montré aucun signe de regret dans ce nouvel épisode de sa longue carrière qu'il a débuté en 1970 à CHRC AM.

Entendu à Radio-Canada cet après-midi à Ici Radio-Canada Première (Québec) avec Catherine Lachaussée le 29 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:13

999

Katherine Levac pourrait tout abandonner du jour au lendemain.
Publié il y a 8 mois

27769

L'étoile montante de l'humour Katherine Levac a été touchée par une question de Catherine Perrin à la radio de Radio-Canada ce matin quand elle lui a demandé si elle avait encore l'idée de tout lâcher pour devenir une mère au foyer comme elle l'a déclaré parfois en cheminant dans sa jeune carrière.

Levac, qui provient d'un milieu franco-ontarien conservateur, soudée par des valeurs familiales s'est confiée: «Très belle analyse, très belle question, personne a vu ça jamais» a-t-elle d'abord déclaré, visiblement touchée par la question de Perrin. «En fait oui, c'est vraiment ça, c'est un fond pis longtemps je pense j'assumais pas» a dit celle qui démarre la tournée de son premier one woman show appelé «Velours» dès le 26 janvier.

«Moi là, on va se le dire, suis dans un bar le soir là, au Bordel, avec Julien Lacroix, Jay Du Temple, moi mes amis ont pas les mêmes aspirations personnelles, de se marier, d'avoir une famille, c'est comme si j'ai cessé de côtoyer des gens qui avaient ces aspirations là, puis tout allait bien, puis j'avais pas de problème avec ça, puis je me concentrais sur mon travail, puis pour faire ça, il faut que tu fasses que ça, il faut que ce soit ta priorité sinon, ça va pas fonctionner,...et là je pense que j'arrive au point dans ma vie ou je fais ¨Ah tu sais quoi, là je pense que je veux ça à nouveau¨, tout ce que j'avais toujours voulu, ce que j'avais toujours pensé faire. Quand tu es jeune tu dis, ¨ah moi quand je vais avoir 30 ans, c'est certain je vais avoir des enfants¨, puis c'est pas ça qui arrive pour personne finalement, mais la je me dis, tu sais quoi là, là je serais prête...à revenir à ça..

Concernant l'idée d'avoir d'élever une famille en conjuguant une carrière en humour en parallèle, Levac a dit ne pas avoir de modèle présentement qui lui fait penser que ce serait vraiment réaliste: «Peut-être que je vais être la première» a dit l'humoriste qui a avoué que ça l'angoissait d'y penser.

Entendu à l'émission Médium large avec Catherine Perrin sur Ici que Première la radio de Radio-Canada le 25 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

03:51

182

«Un 3e lien pour Québec dès le premier mandat» promet François Legault de la CAQ
Publié il y a 8 mois

27766

Entendu à Première Heure avec Claude Bernatchez à Ici Première (106,3 FM Québec) la radio de Radio-Canada le 24 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:19

141

Retour de PKP en politique: «C'est des signaux qu'il nous envoie depuis un certain temps» dit Lisée
Publié il y a 8 mois

27762

Le chef du Parti Québécois Jean-François Lisée a été appelé à réagir sur les propos de Pierre-Karl Péladeau qui dit être «en réserve de la république » lorsque questionné hier sur les ondes de la radio de Radio-Canada sur son retour éventuel en politique.

Lisée ne s'est pas dit du tout surprit par les paroles de l'ex-Chef du PQ: «C'est des signaux qui nous envoie depuis un certain temps. C'est sur que son départ de la politique il y a deux ans, c'est un départ crève coeur, c'est pas quelque chose qu'il souhaitait, c'est pour des raisons familiales vous le savez bien. Là, il semble qu'une partie de ses problèmes là sont réglés... Maintenant, c'est sur que ça l'intéresse, nous il nous dit que ¨pas cette année¨, mais ce que j'ai appris hier pour la première fois c'est que sa fille Romy est d'accord avec moi et fait campagne pour qu'il se présente. Maintenant, qu'est-ce qu'il fera? Bien ce sera à lui de le décider, mais bien sur pour nous se serait une addition importante à notre équipe» a dit le Chef actuel du PQ.

Lisée dit ne pas avoir ¨peur¨ pour son poste même avec le retour éventuelle de PKP au PQ, mais il a un peu perdu patience en constatant que Gravel orientait toutes ses questions sur les déclarations de son ex-Chef. «On peut pas faire semblant que ça arrive pas non plus monsieur Lisée» a dit Gravel en guise d'explication.

Pour terminer l'entrevue, Gravel est revenu à la charge en demandant à Lisée si il allait avoir un entretient avec Péladeau très bientôt pour l'inviter à se présenter aux prochaines élections en octobre prochain. «Il le sait, il connait très bien...on a échanger encore hier, il connait très bien mon voeux qu'il se présente aux élections. La balle est dans son camp, pour l'instant il dit non, mais j'ai confiance en Romy, puis j'aimerais ça que Thomas s'en mêle aussi» a dit Lisée en parlant des deux enfants du PDG de Québecor.

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 24 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

08:38

115

La fille de PKP lui dit de retourner en politique...
Publié il y a 8 mois

27759

Invité à la radio de Radio-Canada cet avant-midi, Pierre-Karl Péladeau s'est fait questionner longuement sur un éventuel retour en politique. L'ex-Chef du Parti Québécois a habillement tourné autour du pot, sans dire clairement oui ou non. Puis il a finalement contourné la question en disant qu'il écoutait la télé avec sa fille Romy, et en réaction à ce qu'elle voyait du discours politique, elle lui disait ¨faut que tu te présentes faut que tu y ailles, faut que tu y ailles» a-t-il dit en riant avouant qu'il ne savait pas si il allait suivre son conseil...

Entendu à l'émission Médium large avec Catherine Perrin sur Ici Première la radio de Radio-Canada le 23 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

00:58

107

Retour en politique pour PKP?
Publié il y a 8 mois

27758

Dieu seul le sait» a fini par répondre Pierre-Karl Péladeau devant l'insistance de l'animatrice Catherine Perrin de Radio-Canada qui tenait vraiment à savoir si l'ex-Chef du Parti Québécois songeait à un retour en politique.

L'actuel président et chef de la direction de Québecor Pierre-Karl Péladeau était l'invité de Médium Large ce matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada. Lorsque l'animatrice lui a fait remarqué son omniprésence sur les réseaux sociaux dans les dernières semaine, PKP a paru surpris avec un sourire dans la voix.

Lui rappelant son attaque vers des journalistes sur les réseaux sociaux, dont Yves Boisvert, PKP s'est emporté en rappelant le «prêt» de 10 millions de dollars octroyés à Capitale Média par le gouvernement du Québec pour aider leur virage technologique de leur plate-forme qui appartient à Martin Cauchon, un ex-ministre de la justice sous l'ère Chrétien, sous-entendant une influence de son principal concurrent Power Corporation dans la transaction.

«Il y a quelque chose qui pourrait vous ramener un moment donné en politique, c'est pas fini cette aventure là» a insisté Perrin: «Bien Dieu seul le sait...je l'ai dit au dernier conseil» a dit l'ex-politicien qui a ajouté que ce n'était pas son souhait de quitter la politique. Il a ensuite avoué sur le ton de l'humour que lorsqu'il écoutait la télé avec sa fille Romy qu'elle lui disait qu'il devait se présenter.

Entendu à l'émission Médium large avec Catherine Perrin sur Ici Première la radio de Radio-Canada le 23 janvier 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

28:49

281

La ville de Montréal met fin aux quotas de contravention... admettant du même coup leurs existences!
Publié il y a 8 mois

27755

La ville de Montréal, via sa nouvelle administration, a annoncé qu'elle mettait fin aux quotas de contraventions délivrés par ses policiers. (Ah oui? Ça existait ça?)

Nathalie Goulet, responsable de la sécurité publique au conseil exécutif, a annoncé la bonne nouvelle à Alain Gravel ce matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada admettant du même coup que des quotas semblables existaient, ce qui n'avait jamais vraiment été admis publiquement de la part de la mairie montréalaise, quiconque s'y ait trouvé depuis... toujours!

Mais comme toute bonne nouvelle...

«C'est un système qui existait, ça faisait partit des critères de l'évaluation de la performance des cadres policiers, que l'atteinte de certains nombres de contraventions, de constats d'infractions, pouvait atteindre jusqu'à 8% du salaire d'un cadre» a admis la haute fonctionnaire de la ville. Alain Gravel a été aussi surpris que nous et vous d'apprendre l'existence d'un système qui «obligeait» des fonctionnaires à donner une certaine quantité de constats d'infractions pour arrondir leur fin de mois. Goulet a expliqué que son parti avait fait un engagement électorale d'éliminer cette procédure: «Pour nous, la responsabilité des policiers, leur mission première, c'est d'assurer l'ordre publique, de protéger les montréalaises et montréalais et non pas de piéger les cyclistes et les automobilistes dans la circulation

«Est-ce que ça veut dire des revenus en moins dans les coffres de la ville?» a demandé très logiquement Gravel: «pas nécessairement» a avoué la représentante de l'administration Plante-Dorais, qui pense être en mesure de recueillir 12 millions supplémentaires cette année en revenus provenant justement des constats d'infraction. Mme Goulet n'a pas pu donner de réponse précise sur comment la ville allait réussir l'exploit de récupérer plus d'argent sur les contraventions en éliminant des incitatifs pour en donner de la part de son personnel jusqu'à ce qu'elle laisse la porte grande ouverte à l'addition de photos radars sur le territoire de la ville. Rien ne se perd, rien ne se créer, comme dise les grands penseurs...

Donc fini les quotas mais bienvenue les photos radars à Montréal! Voilà comment semble s'aligner la nouvelle administration de la métropole pour réussir à garnir ses coffres pour la prochaine année. Êtes-vous content?

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 22 janvier 2018. (COGECO).


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:31

46

Infoman répond à ceux qui lui reproche d'être trop complaisant envers les politiciens
Publié il y a 8 mois

27752

Invité de «La Soirée est (encore) jeune», une émission dont le cadre se prête à beaucoup de confidences pour les invités, Jean-René Dufort alias Infoman à répondu à certains détracteurs qui lui ont reproché une certaine complaisance envers les politiciens lors de son spécial fin d'année présenté le 31 décembre dernier.

«Je trouve ça drôle que des gens trouvent qu'on est trop ¨smatte¨, comme ça on leur transfert les plaintes qu'on est trop méchant...» a ironisé Infoman qui a souligné que le spécial du 31 éaitt toujours un peu plus convivial...«On essaie de se rappeler qu'on est tous dans la même chaloupe, puis que c'est des politiciens, on peut leur parler...Philippe Couillard il riait quand je lui ai présenté la burqa, je lui ai quand même dit que sa ministre de la justice avait pas lu sa loi, qu'a comprenant rien, je lui ai présenté un mur complet des problèmes policiers au Québec. Lui si il décide d'avoir du fun je ne vais pas le battre» a dit celui qui est à la barre de l'émission depuis une vingtaine d'années.

Puis Dufort a tenu à rappeler ce qu'il voulait faire comme produit télé versus ce que les téléspectateurs s'attendaient de lui: «Je me donne pas comme mandat de ¨planter¨ un politicien à chaque fois, À Infoman, je leur ai toujours fait sentir le fait que moi je peux leur tendre un piège mais si ils se sortent de ce piège-là ben il faut que j'ai l'honnêteté de le montrer aussi, parce que sinon c'est plate, ça devient juste un kamikaze...il faut qu'il y ait un certain dialogue parce que sinon, c'est pas le fun» a expliqué Dufort, très en possession de ses moyens.

Entendu à La soirée est (encore) jeune avec Jean-Phillipe Wauthier, Fred Savard, Jean-Sébastien Girard et Olivier Niquet le 21 janvier 2018 à Ici Première, la radio de Radio-Canada.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

04:28

199

logo radioego

radioego.com