Résultat pour: #viol

TRUDEAU: Sa comparaison entre des combattants de l'ISIS et des immigrants Italiens ne passent pas!
Publié il y a 12 jours

27828

Une comparaison boiteuse du Premier ministre Justin Trudeau prononcé publiquement a soulevé l'indignation d'un animateur à CHOI Radio X qui l'a carrément traité de danger public!

Lors de l'assemblée publique qui a eu lieu le 1er février dernier à l'Université MacEwan à Edmonton, un citoyen a exprimé son inquiétude quant à sa sécurité et celle de sa fille au Canada. Rappelons que le premier ministre Justin Trudeau a décidé de réintégrer les djihadistes de retour au pays plutôt que de les punir. Le citoyen, non convaincu, a souligné que ces personnes avaient une «idéologie qui ne se conforme pas avec ce que nous faisons ici». 

En guise de réponse, le PM a fait un parallèle avec les immigrants italiens qui sont arrivés en grand nombres à Montréal dans les années 50. «Toutes les vagues d'immigrants ont connu des formes de rejets sur leur façon de s'habiller et/ou de parler et de leurs croyances ou religions» a dit Trudeau qui selon l'animateur a été très maladroit dans sa comparaison.

«C'est inacceptable ces propos-là de comparer des terroristes qui sont des djihadistes qui sont des ennemis de l'occident, qui ont lancé du haut d'un 6ème étage des gais, qui ont brulé vif des musulmans qui n'étaient pas de leur bord, qui ont crucifié des enfants, qui ont violé des Kurdes...de comparer ces gens-là à des italiens qui ont fui la guerre...qui ont été assez courageux, solidaires et disciplinés pour bâtir des fortunes...qui font parti de la culture du Québec...je trouve ça vomitif» a dit l'animateur, totalement survolté.

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X à Québec dans l'émission Maurais Live avec Dominic Maurais et Laurent Gaulin le 7 février 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

04:38

179

Cafouillage à Maniwaki: À qui la faute? Entrevue avec la mère du détenu.
Publié il y a 17 jours

27801

Cafouillage est un mot faible pour décrire ce qui est arrivé au Palais de justice de Maniwaki cette semaine. Difficile de se faire une idée sur comment une simple envie de fumée d'un détenu a pu mener à un coup de feu à la tête de la part d'un constable spécial qui aurait lui-même avant été atteint aussi à la tête par son propre bâton télescopique volé par le détenu.

Le cafouillage vient du fait qu'ils n'étaient pas les 2 seules personnes présentes sur la scène de l'événement; 4 ou 5 agents de sécurité plus la famille et l'entourage immédiat du détenu étaient aux alentours.

Donc aurait-on pu faire les choses autrement dans des circonstances semblables? Espérons que oui.

Au 98,5 FM hier, Paul Houde a parlé à la journaliste Karol-Ann Scott du 104,7 à Gatineau qui a recueilli les propos de la mère du détenu qui était sur place et qui a expliqué sa version des faits.

Résumé des événements survenues le 31 janvier 2018 au Palais de justice de Maniwaki:

- Vers 13h00, une altercation est survenue entre un constable spécial et un civil détenu. (Steven Bertrand, 18 ans).

- L’homme se serait emparé du bâton télescopique du constable spécial et lui en aurait asséné un coup sur la tête.

- Le constable spécial aurait alors saisi son arme à feu et aurait atteint le civil d’au moins une balle à la tête.

- Le constable spécial et le civil auraient été transportés à l’hôpital. 

- Le détenu serait «OK, mais il est encore dans le coma» selon sa mère.

- Le constable s'en tirerait avec des coupures à la tête

Vidéo de l'événement. (Attention, violence extrême!)

Entendu sur les ondes de 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Le Québec Maintenant» avec Paul Houde le 1 février 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

06:24

309

Radio-Canada devrait-il s'excuser auprès de Gilbert Sicotte?
Publié il y a 2 mois

27636

Abus de pouvoir, harcèlement psychologique, violence verbale: pendant 25 ans, le célèbre comédien et professeur au Conservatoire d'art dramatique de Montréal Gilbert Sicotte aurait lancé des cris et des insultes à des étudiants. Voilà ce qu’on a pu apprendre sur toutes les plateformes de Radio-Canada à la mi-novembre, poussant la direction du Conservatoire à suspendre le comédien. Mais depuis, plus rien.

Dans un article de la Presse + il y à quelques jours, Lysianne Gagnon titrait ceci: «À quand les excuses?» Faisant référence à la suite de ce qu’on peut appeler «l’affaire Gilbert Sicotte». La chroniqueuse de La Presse débute son article ainsi: «Dix jours ont passé depuis le lynchage de Gilbert Sicotte sur les ondes de Radio-Canada. Dix jours que l’on se demande quand la Société Radio-Canada et le Conservatoire d’art dramatique s’excuseront pour l’injustice commise à l’encontre de l’un de nos plus grands comédiens.»

«Hélas, rien ne se passe. Ni à Radio-Canada, qui s’entête à justifier un reportage injustifiable, ni au Conservatoire, qui a ¨suspendu¨ M. Sicotte dans la précipitation – le jour même de la diffusion! –, manifestement sous l’impulsion de la peur du ¨scandale¨ qui agite tant d’administrateurs sans courage». A continué Gagnon.

Ce matin, Martin Cloutier et son équipe de Debout les Comiques à CKOI ont abondé dans ce sens, et en ont même rajouté: «Radio-Canada a donc, a l’aide parfois de témoignages fait sous l’anonymat, salit sa réputation sans même consulter par exemple les étudiants des cohortes actuelles qui sont au conservatoire donc qui reçoivent des enseignements de Gilbert Sicotte qui eux, ont réagit avec une lettre unanime ou ils reconnaissent la compétence de Gilbert Sicotte comme professeur, Donc c’était pas complet le reportage de Radio-Canada. Il manquait certains éléments qui faisait que c’était peut-être plus nuancé, aussi catégorique que ça nous ait apparu dans notre TV» a dit Tammy Verge, outrée par le manque d’action de la société d’état dans le dossier. «La direction du conservatoire a pas pris la peine d’interroger les élèves actuels» a ajouté Patrice Bélanger. »

Radio-Canada aurait reçu une centaine de plaintes qui ont remis en doute leur façon de faire dans le traitement de ce dossier. La suite se fait toujours attendre.

Entendu à CKOI 96,9 FM dans Debout les comiques avec Martin Cloutier, Tammy Verge et Patrice Bélanger. (COGECO) le 7 décembre 2017.


CKOI969RE CKOI969RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

06:39

122

Dave Treg de Storm Alliance répond à Régis Labeaume qui se plaint du coût de la manifestation: «Y'a pas de misère à ramasser mes impôts par exemple»
Publié il y a 3 mois

27596

En point de presse aujourd'hui, Régis Labeaume, qui n’a pas manqué souligner le coût de la manifestation à Québec en fin-de-semaine, a vu Dave Treg, le leader d’un groupe de manifestants «Storm Alliance», lui répondre de façon plutôt cinglante alors que ce dernier était en entrevue avec Éric Duhaime et Myriam Ségal au FM93 au même moment.

Régis Labeaume a commencé son analyse de la fin-de-semaine par une boutade: «Ben je me demandais si il n'y avait pas plus de journalistes pis de techniciens que de manifestants? Je regardais ça sur Internet, pis on va relativiser; c’était 1000 personnes au total, on ne parlera pas d’une manifestation de masse, bon. Ça va nous coûter le double que ça nous a coûté la dernière fois, alors que c’était 75 000$. Là, c’est au minimum 150, on peut parler de entre 150 et 200. Alors on les remercie de venir s’amuser à Québec là, nous autres, ça nous coûte cher» a dit le maire qui s’est ensuite lancé dans la description des forces en présence lors de cette manifestation:

«On avait les vertueux d’un côté, qui euh, probablement des pacifistes, mais ils avaient des lances pierres pis quelques objets mais ça devait être des pacifistes» a ironisé le maire, parlant possiblement de ceux qui étaient dans la section des «antifas». Puis il a ensuite décrit ceux qui étaient de l’autre côté de la manifestation, (La Meute et Storm Alliance sans les nommer): «L’autre côté ben on avait la quasi milice là, qui visiblement fait dans l’enflure verbale. Ils ont décidé qu’ils allaient débarquer le gouvernement, pis débarquer d’autres partis politiques si il le fallait. M’as te dire un affaire, ils se prennent pas pour du 7up flat eux-autres. Ça parle beaucoup. Pour 1000 personnes, c’est beaucoup beaucoup de discours» a dit le maire, fidèle à son style habituel.

L’intervention du maire a été entendu en direct par Dave Treg, le leader du groupe identitaire Storm Alliance, qui était alors en entrevue au FM93. Et Treg n’a pas mâché ses mots envers le premier magistrat de la ville: «C’est très très beau de voir le représentant du peuple parler comme ça, il n’a pas de misère à ramasser mes impôts pas exemple, mais je trouve ça…s’t’une vrai joke» a laissé tomber Kreg, qui et a tenu à rappeler au maire ceci: «C’est un droit de citoyens qu’on a de manifester en passant. Je pense qu’avant de venir parler des coûts, le mandat qu’on s’était donné c’est qu’il n’y avait pas de débordement de violence, ni de vandalisme, je pense qu’il n’y en a pratiquement pas eu à comparer du 20, mais je pense qu’avant de regarder ça, on peux-tu regarder l’argent qui est flambé à gauche et à droite du gouvernement et on parle de millions et de milliards ici là?» a débité Treg, clairement piqué au vif par Labeaume.

Entendu sur les ondes du FM93 à Québec dans l’émission «Duhaime-Ségal le Midi» avec Éric Duhaime et Myriam Ségal le 27 novembre 2017 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:45

361

Allégations d'inconduite: Au tour de Gilbert Sicotte: «Je vais laisser la place aux jeunes»
Publié il y a 3 mois

27548

Dans un reportage diffusé sur les ondes de la radio de Radio-Canada, on a appris que l’acteur Gilbert Sicotte était visé par des allégations de harcèlement psychologique alors qu’il était professeur au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Il a été suspendu suite à ces allégations.

Des présumées victimes, des anciens étudiants, ont témoigné pour dénoncer avoir subit de la violence verbale, de l’abus de pouvoir, tellement qu’il semble que certains d’entre eux ont du avoir recours è des soins psychologiques «approfondis» suite à leur passage au Conservatoire.

«Je ne crois pas que j’ai jamais dépassé de limites» a dit Sicotte. «Mon but n’a jamais été de vouloir humilier quelqu’un, de vouloir tasser quelqu’un, absolument pas» a dit l’enseignant qui a ajouté: «C’est possible que des fois je puisse m’enflammer si on ne travaille pas, si on n'apprend pas les textes, c’est sur que le m’enflamme, mais je suis désolé…si ça leur a fait ce mal-là…mais en même temps je me dis, ce que j’ai fait, en général pour les étudiants c’était toujours pour leur bien, si il y a une autre perception, je suis vraiment désolé…mais en même temps, je comprends pas tout ça là» a dit l'acteur bien connu des Québécois qui ne semblait pas tout comprendre ce qu’on lui reprochait exactement.

Entendu sur les ondes du Ici Radio-Canada Première dans le bulletin de nouvelles du 15 novembre 2017


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

03:34

234

Bordel Comédie Club: «80% des femmes qui étaient dans la salle avaient subit soit agression, soit viol, soit avaient été harcelées» J.-M. Anctil
Publié il y a 4 mois

27432

Jean-Michel Anctil était l'invité de La Soirée est (encore) jeune et est revenu sur la soirée qui s'est tenue au Bordel Comedie Club ou 70 humoristes se sont réunis pour parler de la crise actuelle de Juste pour Rire suite aux allégations d'inconduites sexuelles du grand patron Gilbert Rozon. Entendu à La soirée est (encore) jeune avec Jean-Phillipe WauthierFred SavardJean-Sébastien Girard et Olivier Niquet (28 octobre 2017) Ici Radio-Canada Première


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

07:45

315

Alerte de tornade diffusée à la radio: Denis Gravel de CHOI se questionne sur son utilité.
Publié il y a 5 mois

27174

Une alerte automatique de tornade et d'orages violents est arrivé en ondes dans le milieu du show du retour animé par Denis Gravel aujourd'hui et ce dernier n'a pas du tout apprécier ce système qui fait plus peur qu'autre chose. Entendu le 27 septembre 2017 à CHOI Radio X 98,1 Québec (RNC MÉDIAS)


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

11:24

307

Bernard Drainville offre à Jaggi Singh de condamner la violence des manifestations de Québec.
Publié il y a 6 mois

26882

Dans BERNARD DRAINVILLE PM, l'animateur a reçu l'activiste Jaggi Singh mardi pour faire suite aux manifestations de Québec de la fin-de-semaine. Drainville lui a donné l'occasion de se distancer des actes violents provenant surtout du camp qu'il représentait. Le militant antifasciste et anarchiste n'a pas osé se commettre, répétant qu'il ne pouvait s'exprimer pour chaque geste individuel, soulignant au passage qu'il appuyait toutefois ses «camarades». Entendu le 22 août 2017 au 98,5 FM à Montréal.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:59

727

«Si ça fait pas son affaire la question que t’as posée, il va t’humilier» —Catherine Gaudreault
Publié il y a 6 mois

26866

Dans Que la Mauricie se lève, Catherine Gaudreault et Robert Pilote reviennent sur la blague de mauvais goût de Régis Labeaume qu’elle considère comme de l’incitation à la violence envers Trois-Rivières. François Vigeant pour sa part parle de boutade et non d’incitation à la violence. Entendu au 106,9 FM, Que la Mauricie se lève. COGECO MEDIA. 22 août 2017.


Le1069RE Le1069RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

11:28

671

Manifestations à Québec: Le porte parole des manifestants anti-racistes refuse de condamner la violence
Publié il y a 6 mois

26864

Pablo Roy-Rojas, porte-parole des manifestants antiracistes à Québec en fin-de-semaine, était en entrevue avec Alain Gravel à Ici Première de Radio-Canada le 21 août 2017. Lors de la rencontre, Il a refusé de condamner tout acte de violence de la part des gens qui faisaient pourtant parti des manifestants pour sa cause. Il a fait plutôt beaucoup d'efforts durant toute l'entrevue pour se détacher de ceux qui ont fait des dégâts, malgré les efforts de l'animateur pour qu'il se commettre sur le sujet.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

05:33

307

logo radioego

radioego.com