Résultat pour: #droite

Serge Savard questionne ouvertement l'échange de Subban
Publié il y a 9 jours

28077

Invité du 98,5 FM à Montréal à l'émission Les amateurs de sports avec Mario Langlois, pour parler de la dernière conquête de la Coupe Stanley du Canadien en 1993, Serge Savard s'est aussi exprimé sur l'édition actuelle du tricolore.

Avec que le mot qui semble faire l'unanimité pour décrire la saison affreuse du Canadien est «attitude», Savard a servit une droite à la direction de l'équipe en posant une question à l'animateur Mario Langlois:

Serge Savard: «C'est quoi la raison qu'on a donné quand on a échangé Subban?

Mario Langlois: «Attitude!»

Serge Savard: «Pis ça as-tu changé?»

Le Sénateur à un point. Un très bon point.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal et le réseau des radios parlées de Cogeco à l'émission Les Amateurs de Sports avec Mario Langlois le 11 avril 2018.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a environ 3 ans

01:05

13835

«Je suis beaucoup plus à gauche que ce que la majorité des gens peuvent penser de moi» —Vincent Marissal
Publié il y a 19 jours

28042

Le nouveau candidat et Québec Solidaire et ex-journaliste de La Presse Vincent Marissal était au micro d'Alain Gravel ce matin à la radio de Radio-Canada et il a répondu «presque» clairement à la question sur ou il se situait sur l'échiquier politique.

Marissal a dit que ça faisait longtemps qu'il savait qu'un jour il ferait de la politique. Il a aussi admis avoir été sollicité par l'équipe de Valérie Plante au niveau municipal. L'ex-journaliste dit avoir été motivé par son envie de contribuer. «J'y crois au service publique, je crois qu'on peut changer des choses, je crois qu'il faut porter un message aussi» a dit Marissal qui a ajouté «en ce moment ça tangue pas mal à droite» en parlant de l'état actuel de la politique.

Le nouveau candidat a aussi avoué que c'était lui avait approché Québec Solidaire, mais le PQ l'avait approché récemment après qu'il ait entendu la rumeur de ses discussions avec Québec Solidaire.

Marissal se dit souverainiste mais s'est dit étonné de la surprise de certaines personnes concernant sa position politique malgré qu'il ait oeuvré à La Presse. »Une salle de rédaction, c'est comme une société, il y a de tout là-dedans» a-t-il dit. Concernant son orientation politique: «Je suis beaucoup plus à gauche que ce que la majorité des gens peuvent penser de moi» a dit Marissal qui a ajouté avoir rejeté le PQ suite à certaines positions et propos exprimés par Jean-François Lisée notamment sur l'immigration.

Puis, celui qui se présentera pour QS a dit que Justin Trudeau lui avait demandé de se présenter pour les Libéraux lorsqu'il avait été élu à la tête du parti Libéral du Canada en 2013, Marissal aurait été tenté «à l'idée de mettre Stephen Harper dehors» mais qu'il n'y était pas allé.

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 3 avril 2018.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

13:27

271

«Ma barbe est un organe sexuel secondaire» déclare le Doc Mailloux
Publié il y a 3 mois

27813

Un des sujets de l'émission «Doc Mailloux et Josey» cette semaine fut sur l'apparence; le pourquoi des tatoos et des percings entre autres. Puis, avant de prendre les appels, Josey a parlé de la barbe du Doc, cet amas de poils imposants qui avouons-le fait partie de sa «légende». C'est alors que le psy a fait une révélation fracassante sur celle-ci. Écoutez-le:

«Un moment donné, je suis intervenu à l'Hôpital Ste-Marie auprès des secrétaires, parce qu'elles me touchaient la barbe, et ça faisait quelques fois que ça arrivait. Je leur ai dit Mesdames, sachez que vous touchez à un organe sexuel secondaire...y'en a pu une qui a osé y toucher» a dit le Doc mi-sérieux.

«La barbe chez l'homme est une caractéristique sexuelle secondaire» a répété le Doc à quelques reprises pour être certain que tout le monde avait bien entendu. «Vous êtes sérieux quand vous dites ça?» a demandé sa co-animatrice Josey Arsenault par certaine si le Doc rigolait ou pas. «Ben oui, c'est relié à la puberté, à la testostérone» a expliqué le Doc le plus sérieusement du monde «comme la ligne droite du poils pubiens chez les femmes» a dit le psy tout en ajoutant qu'il avait de la «peau de fesses» dans le visage, ce qui était une des raisons pourquoi il arborait une barbe.

Finalement, Josey a manifesté le désir ardent de lui toucher la prochaine fois qu'ils se voient en direct, car rappelons que les deux animateurs ne sont pas dans le même studio lorsqu'ils réalisent leur émission. L'animatrice est habituellement à Québec au FM93 et le Doc dans les studios de Cogeco à Trois-Rivières.

Entendu à l'émission Doc Mailloux et Josey le 1 février 2018 au FM93 et tout le réseau des radios parlées de COGECO avec Le Doc Pierre Mailloux et Josey Arsenault.


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a environ 3 ans

04:58

234

«Max Pacioretty ne signera pas une nouvelle entente à Montréal...»  —Ron Fournier
Publié il y a 3 mois

27802

À l'émission les Amateurs de sports cette semaine, Ron Fournier a tenu à vérifier par lui-même la rumeur qui amènerait Robert Thomas, un centre droiter de 6', 190 lbs, prospect des Blues contre le capitaine du CH Max Pacioretty, et la réponse de ses contacts à St-Louis fut sans équivoque.

«Juste pour vous dire, on va oublier ça, c'est tout. Parce que j'ai appelé à St-Louis pis je leur ai parlé, ils m'ont dit ¨es-tu malade, es-tu tombé sur la tête?¨ donc on comprend tout de suite que si on veut échanger Max Pacioretty pis que tu veux évidemment pas le donner right? Tu t'aperçois que un pour un Robert Thomas 18 ans pour Max Pacioretty les Blues disent ¨êtes-vous malade? Ron, t'es-tu tombé sur la christie de tête?¨» a dit le coloré animateur pour expliquer ou en est la valeur du capitaine du CH dans le marché actuel de la LNH.

Par la suite, Ron pense que quoiqu'il arrive, Pacioretty n'acceptera pas de re-signer à Montréal. «Selon moi, ce que je pense, Max ne signera jamais une nouvelle entente avec le Canadien. Max là, a trop vécu ici là. C'est un gars de famille, c'est un américain. Max je ne lui ai pas parlé, j'ai pas parlé au Canadien, j'ai pas parlé à personne, je le connais assez pour te dire que Max Pacioretty doit trouver ça énormément difficile de jouer ici, depuis qu'il porte le C, des rendez-vous quotidiens avec les journalistes, je pense que ce gars-là voudrait dans son dernier gros contrat, 7 ans ailleurs, je pense qu'il voudrait s'installer aux États quelque part, ou il est pas sous la sellette...l'impression que j'ai, Max Pacioretty ne signera pas une nouvelle entente à Montréal...» a conclut Ron.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal et le réseau des radios parlées de Cogeco à l'émission Les Amateurs de Sports avec Mario Langlois le 31 janvier 2018.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a environ 3 ans

06:37

623

Dave Treg de Storm Alliance répond à Régis Labeaume qui se plaint du coût de la manifestation: «Y'a pas de misère à ramasser mes impôts par exemple»
Publié il y a 5 mois

27596

En point de presse aujourd'hui, Régis Labeaume, qui n’a pas manqué souligner le coût de la manifestation à Québec en fin-de-semaine, a vu Dave Treg, le leader d’un groupe de manifestants «Storm Alliance», lui répondre de façon plutôt cinglante alors que ce dernier était en entrevue avec Éric Duhaime et Myriam Ségal au FM93 au même moment.

Régis Labeaume a commencé son analyse de la fin-de-semaine par une boutade: «Ben je me demandais si il n'y avait pas plus de journalistes pis de techniciens que de manifestants? Je regardais ça sur Internet, pis on va relativiser; c’était 1000 personnes au total, on ne parlera pas d’une manifestation de masse, bon. Ça va nous coûter le double que ça nous a coûté la dernière fois, alors que c’était 75 000$. Là, c’est au minimum 150, on peut parler de entre 150 et 200. Alors on les remercie de venir s’amuser à Québec là, nous autres, ça nous coûte cher» a dit le maire qui s’est ensuite lancé dans la description des forces en présence lors de cette manifestation:

«On avait les vertueux d’un côté, qui euh, probablement des pacifistes, mais ils avaient des lances pierres pis quelques objets mais ça devait être des pacifistes» a ironisé le maire, parlant possiblement de ceux qui étaient dans la section des «antifas». Puis il a ensuite décrit ceux qui étaient de l’autre côté de la manifestation, (La Meute et Storm Alliance sans les nommer): «L’autre côté ben on avait la quasi milice là, qui visiblement fait dans l’enflure verbale. Ils ont décidé qu’ils allaient débarquer le gouvernement, pis débarquer d’autres partis politiques si il le fallait. M’as te dire un affaire, ils se prennent pas pour du 7up flat eux-autres. Ça parle beaucoup. Pour 1000 personnes, c’est beaucoup beaucoup de discours» a dit le maire, fidèle à son style habituel.

L’intervention du maire a été entendu en direct par Dave Treg, le leader du groupe identitaire Storm Alliance, qui était alors en entrevue au FM93. Et Treg n’a pas mâché ses mots envers le premier magistrat de la ville: «C’est très très beau de voir le représentant du peuple parler comme ça, il n’a pas de misère à ramasser mes impôts pas exemple, mais je trouve ça…s’t’une vrai joke» a laissé tomber Kreg, qui et a tenu à rappeler au maire ceci: «C’est un droit de citoyens qu’on a de manifester en passant. Je pense qu’avant de venir parler des coûts, le mandat qu’on s’était donné c’est qu’il n’y avait pas de débordement de violence, ni de vandalisme, je pense qu’il n’y en a pratiquement pas eu à comparer du 20, mais je pense qu’avant de regarder ça, on peux-tu regarder l’argent qui est flambé à gauche et à droite du gouvernement et on parle de millions et de milliards ici là?» a débité Treg, clairement piqué au vif par Labeaume.

Entendu sur les ondes du FM93 à Québec dans l’émission «Duhaime-Ségal le Midi» avec Éric Duhaime et Myriam Ségal le 27 novembre 2017 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a environ 3 ans

01:45

364

Guillaume Wagner ridiculise celui qu'il appelle «l'humoriste de droite»
Publié il y a 5 mois

27583

Dans son billet d’humeur hebdomadaire avec Alain Gravel, l’humoriste d’opinion Guillaume Wagner s’est attaqué sans le nommer à un autre humoriste, celui qui a fait beaucoup la manchette depuis quelques semaines et qui était le premier invité de «Tout le monde en parle» dimanche dernier. L’humoriste dont il parle a aussi été la cible de menaces de mort suite aux premières représentations de son nouveau spectacle «Nos droits et libertés». Et comme Wagner, cet humoriste souffre de profonde calvitie. Quoi, vous ne savez toujours pas de qui on parle?

Wagner est tellement en mission pour pousser ses propres valeurs qui sont, évidemment, les bonnes! Il libère cet envie profonde de s’en prendre à des individus qui sont à l'opposé de sa vision post-apocalyptique idéale d’un monde ou tous seraient égaux et habillés en rouge tant qu’à y être? Dans son segment cette semaine, il s’en prend à ceux qui insultent la gauche, détruisant tous leurs arguments point par point, et finit pas avouer qu’il souhaite devenir un humoriste de droite, possiblement outré que tout le spotlight ait été sur la tête de quelqu’un qui fait le même métier que lui, encore une fois, déclenchant chez lui une crise de jalousie qu'il déclare sur les ondes d'Ici Première chaque semaine.

«J’y ai pensé et je pense que je veux être un humoriste de droite finalement. Personne les traitent de moralisateurs ou de bien pensant. Au niveau intellectuel, c’est les vacances! Tu peux renforcer les stéréotypes, pis passer pour un avant-gardiste!» a-t-il dit tout en rajoutant: «Je veux être l’humoriste qui dit tout haut ce que les gens pensent tout haut. L’humoriste censuré qui est sur toutes les tribunes, défendre ma liberté d’expression en chialant sur celle des autres. Pas être sensible à une victime qui n’a pas envie de recevoir de la haine, tout en me victimisant de la haine que je reçois. Un génie. Un Yvon Deschamps version Journal de Montréal, le rêve» a-t-il terminé, visiblement soulager de pouvoir enfin dire ce qu’il pensait de celui avec qui il ne partira surement pas en tournée prochainement.

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 23 novembre 2017. (COGECO).


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

05:07

854

La journaliste Isabelle Hachey de La Presse explique sa démarche pour démasquer Jean-Claude «Giovanni» Apollo.
Publié il y a 5 mois

27553

Isabelle Hachey, de La Presse +, qui a travaillé sur le dossier de Giovanni Apollo, s’est entretenue ce matin avec plusieurs médias aujourd'hui pour parler de son texte et de sa démarche journalistique. Voici l’une de ces rencontres avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau à CHOI Radio X.

«Moi je l’avoue je suis un foodies» a dit dès le départ Martineau: «puis je suis de très près ce qui se passe dans le milieu de la cuisine, à Montréal à Québec, je connais certains chefs et tout, ça fait longtemps que ça circulé dans le milieu que Giovanni Apollo est un mythomane, moi j’ai entendu ça à gauche et à droite» a ajouté Martineau «Moi je ne connaissais même pas Mr. Apollo avant deux semaines quand les allégations de harcèlement sexuel sont sorties à l’antenne de Radio-Canada. C’est un lecteur qui m’a dit; vous devriez fouiller ça et là, en fouillant et en appelant des gens qui l’avaient côtoyé, je me suis rendus compte qu’effectivement ça courait depuis très longtemps dans le milieu» a affirmé Hachey.

Puis la journaliste a parlé de sa démarche journalistique pour découvrir la série d’anomalies trouvées dans le parcours du chef québécois. Elle a aussi parlé de sa rencontre avec Apollo, alors, qu'avec son dossier bien étoffée en main, elle voulait le confronter pour avoir ses explications: «Moi j’avais fait plusieurs entrevues avec des gens avant qui m’ont dit que M. Apollo il pouvait être très agressif donc je m’attendais à tout là…je ne savais pas ce qui pouvait se passer» a dit la journaliste qui a finalement avoué que tout s’était bien déroulé. «Il a été très poli, il a répondu à mes questions…en gros, ce qu’il a dit c’est que, on l’avait mal compris pendant toutes ces années-là, en général, tous les journalistes qui ont évoqué son passée se sont fourvoyés» a-t-elle dit pour évoquer l'état d'esprit du cuisinier.

Entendu dans Martineau-Trudeau avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau à CHOI Radio X à Québec. Le 16 novembre 2017. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a environ 3 ans

17:07

792

De la Rose mange une taloche de JC qui rend hommage à Bobrovski!
Publié il y a 5 mois

27547

Tous les fans de hockey qui suivent le Canadien savent à quel point le gardien des Blue Jackets de Columbus a été aussi bon que ce que le canadien a bien voulu qu’il soit hier lors de la défaite du tricolore 2-1 en prolongation.

Dans son show Jean-Charles en Liberté au lendemain du match, JC a démontré exactement cette réalité en décrivant l’incroyable chance manquée par Jacob de la Rose en troisième période, alors que dans une descente à 2 contre 1, le suédois n’a pas pu mettre la rondelle dans le filet face à Sergie Bobrovski, le gardien des Blue Jackets, qui semblait totalement battu sur la séquence.

«No non mais la rondelle arrive à de la Rose, et Bobrovrsky dit: la logique, faire un déplacement sur ma droite, mais, je dois absolument appeler à la maison prendre des nouvelles des gamins, ce qu’il fait instantanément, alors, s’informe de comment a été la collation du soir, est-ce que les gamins sont bien couchés, bien endormis, ma toute chérie? Formidable! Oh, je dois te laisser, j’ai un déplacement vers la droite à orchestrer, alors je te souhaite une très bonne nuit, nous rentrons bientôt» a ironisé l’animateur du show du retour à la station de sport francophone de Montréal, encouragé par Mike Bossy, amusé au bout de la ligne téléphonique.

Entendu sur les ondes du 91,9 SPORTS à Montréal dans l'émission Jean-Charles en Liberté avec Jean-Charles Lajoie en compagnie de Mike Bossy et Yvon Pedneault le 15 novembre 2017 (COGECO).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

02:22

265

Formule E déplacée sur le circuit Gilles Villeneuve: «Impossible» dit Jacques Villeneuve
Publié il y a 5 mois

27530

Alors que la nouvelle mairesse Valérie Plante a été catégorique sur le fait que si la course Formule E était de retour à Montréal l’an prochain, ce ne serait pas au centre-ville. L’idée d’amener la compétition au circuit Gilles Villeneuve sur le site de l’île Notre-Dame avait été mentionnée. Questionné à ce sujet, Jacques Villeneuve a été catégorique: «impossible» a-t-il dit.

«Ce ne sont pas des voitures qui peuvent évoluer sur de longues lignes droites, c’est pas possible, les batteries surchauffent et l’énergie se gaspille à une vitesse incroyable» a expliqué l’ancien champion du monde. «De toute façon, ça fait partie des normes de la Formule électrique, c’est fait pour rouler en ville», a expliqué celui qui couvre le Formule 1 pour les radios de Cogeco.

«Si on le faisait, qu’est-ce que ça donnerait tu penses comme résultat?» a demandé l’animateur Mario Langlois: «Ce serait plate à mourir à regarder» a répondu Villeneuve «ça stagnerait à 200 km/heure en bout de ligne droite et de toute façon, les batteries surchaufferaient sur un tour de qualification» a ajouté le pilote expérimenté. Il pense toutefois que le retour de la Formule E à Montréal demeure un dilemme: «il y a un contrat en place, ça couterait combien de le casser ce contrat-là? Faut regarder ça aussi» a conclut le fils de Gilles, très réaliste dans son approche.

Entendu dans Les Amateurs de Sports avec Mario Langlois au 98,5 FM le 10 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a environ 3 ans

02:12

220

Expulsé d'un centre d'achat pour avoir porter les couleurs de La Meute?
Publié il y a 7 mois

27019

Dans Duhaime-Ségal le Midi, Éric rapporte une histoire d'un homme qui se serait fait expulser de Place Fleur-de-lys à Québec pour avoir porter les couleurs de l'organisation La Meute. Entendu le 13 septembre 2017 au FM93 à Québec (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a environ 3 ans

07:45

70

logo radioego

radioego.com