Result for: #Police

Meurtre de la petite Rosalie: Le Doc offrirait de l'argent aux femmes droguées en retour d'une stérilisation.
Published 3 months

28105

Le meurtre de la petite Rosalie Gagnon, deux ans, poignardée à plusieurs reprises, puis trouvée sans vie dans une poubelle, a ému le Québec entier la semaine passée. Questionné à savoir ce qu'il en pensait, le Doc Mailloux y est allé de sa solution pour empêcher que des situations semblables se reproduisent alors que la mère, Audrey Gagnon, possiblement toxicomane, est toujours détenue par la police comme «témoin important».

«Solution pour les jeunes femmes qui se droguent. Les futures mères, les jeunes femmes en âge de se reproduire, qui se droguent, qui sont toxicomanes, j'ai une solution pour elles, qui est de leur offrir 4 000 dollars si elles veulent volontairement se faire stériliser» a dit le Doc. «C'est une façon de diminuer la propagation et l'incidence endémique des mauvais traitements de la part de mères droguées envers de bébés» a ajouté le Doc qui défend les enfants au Québec depuis de nombreuses années. «Ce serait un programme volontaire» a insisté le Doc.

Entendu à l'émission Doc Mailloux et Josey le 22 avril 2018 au FM93 et tout le réseau des radios parlées de COGECO avec Le Doc Pierre Mailloux et Josey Arsenault.


CJMF933RE CJMF933RE
Member since over 3 years

07:08

349

Le Maire de Louiseville ramène le crucifix et la prière à l'hôtel de ville!
Published 3 months

28086

Le Maire «à chapeau» Yvon Deshaies, qui n'en ait pas à sa première sortie publique, a déclaré cette semaine, en réaction au débat du port de signes religieux dans les services de police qui a fait beaucoup de bruit à Montréal dans les derniers jours, qu'il souhaitait ramener la prière et le crucifix à l'hôtel de ville de Louiseville.

«J'en ai assez, c'est pas l'histoire d'être fou ou quoique ce soit, oui c'est un peu le ridicule ce qu'on vit actuellement» a dit le très articulé maire. «On s'en va ou au Québec et là ça déborde tranquillement chez-nous...» a ajouté M. Deshaies, faisant référence à la sortie médiatique de Sondos Lamrhari, première étudiante en techniques policières à porter le voile au Québec et aussi aux Sikhs qui portent en permanence leurs signes religieux comme le turban et la kirpan.

Le maire est prêt à se faire arrêter alors qu'il réinstallera le crucifix et la prière à son hôtel de ville dès le mois de juin prochain alors que la cour suprême a déjà statué sur l'interdiction de réciter des prières dans les mairies considérées comme laïc.

«Vous savez madame, quand on fait un petit trou, quand l'eau rentre à quelque part là, ça finit plus si on bouche pas le trou, ça grossit grossit...c'est pour ça que je dis non à ça, moi je veux arrêter la goutte d'eau qui tombe» a imagé le maire Deshaies.

Entendu dans Que la Mauricie se lève avec Catherine Gaudreault au 106,9 FM Mauricie. Le 17 avril 2018. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Member since over 3 years

07:51

109

Un candidat du PLQ prône la neutralité religieuse dans des postes d'autorité!
Published 3 months

28084

Charles Poulin est le nouveau candidat du PLQ dans le comté de Saint-François et il était en entrevue ce matin au 107,7 FM en Estrie.

Concernant le dossier identitaire, M. Poulin a dit d'entrée de jeu que c'était un dossier très complexe: «Dans le parti libérale, il y a le mot liberté, donc on croit beaucoup à la liberté des individus, mais en même temps, c'est important que les services soient rendu à visages découverts, et également, moi je pense que tout ce qui est des postes en autorité, c'est important que ces gens-là aient une très grande neutralité.» a dit le candidat, dont la position entre quelque peu en contradiction avec celle de son parti qui a refusé de s'immiscer dans le dossier du port de signes religieux au service de police de la ville de Montréal récemment alors que le Chef Philippe Couillard avait déclaré que c’était «au niveau de la police et des municipalités» ce qui venait abroger une loi 62 qui a définitivement quelques trous.

Entendu sur les ondes du 107,7 FM en Estrie dans l’émission «Que l'Estrie se lève» avec Steve Roy le 16 avril 2018 (COGECO).


Le1077RE Le1077RE
Member since over 3 years

00:49

10542

6 voitures de police nécessaires pour assurer la sécurité de Jérémy Gabriel!
Published 3 months

28059

Le promoteur Karl-Emmanuel Picard de la salle de spectacle l'Anti à Québec, a du faire appel à la police pour expulser des clients qui proféraient des insultes à Jérémy Gabriel dans l'attente de son concert vendredi soir dernier.

Sur les ondes du FM93 ce matin, Picard a expliqué que 4-5 individus qui avaient payé leur billets d'entrée pour spécifiquement voir chanter Gabriel, proféraient des propos très haineux envers Gabriel, sa mère et les handicapés en général. «L'attardée arrives-tu? C'est long estie!» auraient dit les individus en attendant Gabriel. «Sa pute de mère es-tu là?» auraient aussi dit les personnes qui commençaient à être intoxiquées alors que les grands-parents du chanteur étaient sur place.

Le promoteur a eu peur pour la sécurité de Jérémy, «c'était pas les crayons les plus aiguisés de la boite». Après avoir lui-même sortit les indésirables, leur expliquant que leur comportement étaient inacceptables, ils ont insisté pour réinsérer l'établissement et il a donc été obligé d'appeler la police, 6 auto-patrouilles ont alors été nécessaires pour disperser les individus.

Entendu sur les ondes de FM93 à Québec dans l'émission «Bouchard en parle» avec Sylvain Bouchard, Elisabeth Crête et Jean-Simon Bui le 9 avril 2018 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Member since over 3 years

09:50

283

Port de signes religieux dans la police: Arcand traite la ministre de la justice de «peureuse»
Published 3 months

28052

Dans le débat qui a présentement lieu sur le port du hijab ou du turban entre autres au service de police de la ville de Montréal, Paul Arcand a reçu ce matin la ministre de la justice Stéphanie Vallée pour avoir plus de précisions en ce qui concerne la décision d'autoriser ou non le port de signes religieux pour ses agents.

Arcand a piqué au vif la ministre alors qu'elle expliquait que c'était aux corps de police de décider de leurs propres réglementations concernant la nature de leurs uniformes et non aux politiciens: «On est pas dans un détail vestimentaire, on est face à un accommodement raisonnable...et dans le fond les politiciens sont peureux puis ils pellettent ça dans la cour de la police en disant on touche pas à la patate chaude» a dit l'animateur qui a fait réagir la ministre: «M. Arcand, vous parlez pas à la bonne fille pour dire qu'on est peureux» a-t-elle dit en ajoutant qu'elle le mettait au défi de porter ces dossiers-là sur la scène publique en disant que c'était très facile critiquer.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal à l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 6 avril 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Member since over 3 years

08:16

22157

«Si Éric Salvail ne revient pas, V va crever!»  —Jeff Fillion
Published 4 months

27956

La nouvelle émission de Stéphane Rousseau à V télé en remplacement de celui d'Éric Salvail ne fait pas du tout l'unanimité. Jeff Fillion a défendu l'animateur déchu dans son émission ce midi à Québec en comparant la désormais affaire Salvail avec des affaires qui sont pas mal plus grave selon lui.

«On a un gars de 19 ans qui a secoué un enfant qui est mort hier, le gars est libre en attendant son procès, il y a quelque chose que je pogne pas»

a dit l'animateur de Radio X en plaçant les deux événements en perspective. «Si le monde décide que ce qu'il a fait c'est bien grave, le monde décideront, il l'écouteront pas» a suggéré l'animateur.

«Il as tu été arrêté pas la police lui? Est-il en prison? Bon ok, le reste on s'en fout» a conclut l'animateur qui a souligné ne jamais avoir trouvé Stéphane Rousseau drôle.

Entendu à CHOI Radio X dans FILLION avec Jeff Fillion, Laurence et Gerry le 8 mars 2018.


CHOI981RE CHOI981RE
Member since over 3 years

08:53

48589

J.P. Dion raconte une histoire touchante reliée au documentaire «Bye»
Published 5 months

27929

Jean-Philippe Dion a raconté une anecdote très touchante cette semaine à son émission de radio qu'il anime à Riythme FM avec Mitsou. Son histoire est relié à la série «Bye» sur laquelle il a travaillé et qui traite de la cyber dépendance.

L'animateur a raconté avoir reçu une lettre de la police récemment qui a souligné la sensibilisation que le documentaire avait réussi à faire envers un individu qui a suivi les conseils suggérés dans «Bye» pour détecter des signes de détresses chez un utilisateur de la plateforme Twitch. Le témoin s'est impliqué et à réussi à reléguer des informations précises de la personne en détresse à la police qui est finalement intervenu à temps pour la sauver du pire et la rediriger vers de l'aide.

Entendu à l'émission Mitsou et Jean-Philippe à RythmeFM 105,7 Montréal le 3 mars 2018. (COGECO)


RYTHME_FM RYTHME_FM
Member since over 2 years

03:19

47

Tuerie en Floride: «C'est devenu le pays le plus dangereux à vivre dans les sociétés civilisées occidentales» dit Michel Villeneuve
Published 5 months

27858

La résidence en Floride du chroniqueur Michel Villeneuve est situé non loin de Parkland ou il y a eu la fusillade d'hier faisant 17 morts dans une école. Ce matin, à l'antenne du 106,9 FM en Mauricie, il a raconté comment il a vécu les horribles événements.

«C'est une ville dortoir cossue» a d'abord dit Villeneuve, avouant qu'aucune maison de cette banlieue de Pompano n'était en bas de 700 000 dollars. «On aurait dit qu'il y avait des mouches dans le ciel, mais c'était des hélicoptères qui arrivaient de partout...médias, polices etc...» Villeneuve a aussi dit que les gens sont tous allés se masser sous le viaduc du Sawgrass Expressway parce qu'ils ne pouvaient s'approcher de l'école: «Il y avait 4 à 5000 personnes» selon lui, beaucoup des parents d'élèves qui avaient eu ordre de n'utiliser que le texto pour rejoindre leurs enfants si jamais le meurtrier était encore en vie. «Tout le monde était affolé parce qu'on avait pas d'idée de l'ampleur du massacre, au début, on parlait d'une ou deux personnes» a dit le chroniqueur qui a vécu les événements de très près.

«Nous on a pas cette culture-là chez-nous, on a pas cette âme guerrière, c'est une bien drôle de nation, c'est une grande nation, mais ce sont des cowboys, ils sont belliqueux...quand tu arrives sur un coin de rue, puis il y a quelqu'un qui a oublié de mettre son clignotant, chez-nous au Québec on lui fait des gros yeux, mais là-bas là, regarde en avant, regarde pas sur le côté, tu sais jamais ce qui va se passer, mêle toi de tes affaires» a dit Villeneuve qui a conclut en disant des États-Unis: «C'est devenu le pays le plus dangereux à vivre dans les sociétés civilisées occidentales».

Entendu dans Que la Mauricie se lève avec Catherine Gaudreault au 106,9 FM Mauricie. Le 15 février 2018. (COGECO).


Le1069RE Le1069RE
Member since over 3 years

07:21

132

La ville de Montréal met fin aux quotas de contravention... admettant du même coup leurs existences!
Published 6 months

27755

La ville de Montréal, via sa nouvelle administration, a annoncé qu'elle mettait fin aux quotas de contraventions délivrés par ses policiers. (Ah oui? Ça existait ça?)

Nathalie Goulet, responsable de la sécurité publique au conseil exécutif, a annoncé la bonne nouvelle à Alain Gravel ce matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada admettant du même coup que des quotas semblables existaient, ce qui n'avait jamais vraiment été admis publiquement de la part de la mairie montréalaise, quiconque s'y ait trouvé depuis... toujours!

Mais comme toute bonne nouvelle...

«C'est un système qui existait, ça faisait partit des critères de l'évaluation de la performance des cadres policiers, que l'atteinte de certains nombres de contraventions, de constats d'infractions, pouvait atteindre jusqu'à 8% du salaire d'un cadre» a admis la haute fonctionnaire de la ville. Alain Gravel a été aussi surpris que nous et vous d'apprendre l'existence d'un système qui «obligeait» des fonctionnaires à donner une certaine quantité de constats d'infractions pour arrondir leur fin de mois. Goulet a expliqué que son parti avait fait un engagement électorale d'éliminer cette procédure: «Pour nous, la responsabilité des policiers, leur mission première, c'est d'assurer l'ordre publique, de protéger les montréalaises et montréalais et non pas de piéger les cyclistes et les automobilistes dans la circulation

«Est-ce que ça veut dire des revenus en moins dans les coffres de la ville?» a demandé très logiquement Gravel: «pas nécessairement» a avoué la représentante de l'administration Plante-Dorais, qui pense être en mesure de recueillir 12 millions supplémentaires cette année en revenus provenant justement des constats d'infraction. Mme Goulet n'a pas pu donner de réponse précise sur comment la ville allait réussir l'exploit de récupérer plus d'argent sur les contraventions en éliminant des incitatifs pour en donner de la part de son personnel jusqu'à ce qu'elle laisse la porte grande ouverte à l'addition de photos radars sur le territoire de la ville. Rien ne se perd, rien ne se créer, comme dise les grands penseurs...

Donc fini les quotas mais bienvenue les photos radars à Montréal! Voilà comment semble s'aligner la nouvelle administration de la métropole pour réussir à garnir ses coffres pour la prochaine année. Êtes-vous content?

Entendu dans Gravel le matin avec Alain Gravel sur les ondes de Ici Première, la radio parlée de Radio-Canada (Montréal). Le 22 janvier 2018. (COGECO).


IciRE IciRE
Member since over 2 years

05:31

46

#MoiAussi: Dénonciation policière ou médiatique? Le débat s'enflamme à Radio X
Published 6 months

27735

Les dénonciations publiques qui ont pris place dans les médias depuis quelques mois et qui ont contribué à mettre en suspend les carrières de personnalités publiques telles que Gilbert Rozon, Éric Salvail et Gilles Parent pour ne nommer que ceux-là, suscitent de nombreux débats surtout avec l'arrivée du nouveau mouvement #EtMaintenant et de la signature d'une tribune de la part d'un groupe de femmes sur «la liberté d’importuner» pour les hommes.

Suite à une entrevue avec le juriste Me Julius Gray, qui a mis en garde sur les dangers de dérapages dans le cas de dénonciations publiques, Richard Martineau et Jonathan Trudeau ont eu un solide argument à CHOI Radio X à Québec sur les façons utilisées pour dénoncer des cas d'abus: Les médias, les réseaux sociaux ou la police? Ils ne s'entendent définitivement pas sur les moyens que les victimes prennent pour dévoiler le nom leur présumé abuseur.

Voici un compte rendu du débat que vous pouvez entendre intégralement en écoutant l'audio:

RM: Richard Martineau

JT: Jonathan Trudeau

JT: «Si t'es une victime puis que t'entends Me Gray dire: ¨vous savez, vaut mieux acquitter sans coupable que de condamner des innocents...¨ on encourage pas les gens à se tourner vers le système de justice pour obtenir réparation là...»

RM: «Ouais mais de là à dénoncer des gens sur les réseaux sociaux pis ces gens-là perdent tout du jour au lendemain sans qu'ils aient pu...»

JT: «Qui tu peux dire clairement: ¨cette personne-là, c'"est n'importe quoi...¨ Clairement Richard, en vacances t'as changé d'idée...»

RM: «Les journalistes ne sont pas des juges...»

JT: «Donc tu serais à l'aise à ce que Éric Salvail soit encore en ondes..

RM: «Tout inculpé à le droit d'être présumé innocent tant qu'il n'est pas déclaré coupable conformément à la loi par un tribunal indépendant et impartial à l'issue d'un procès publique et équitable...C'est notre charte canadienne des droits et libertés»

JT: «Admet que t'as changé d'avis...»

RM: «Ils ont le droit à un procès...»

JT: «Admet que tu as changé d'avis sur la question...»

RM: «Quelqu'un est innocent jusqu'à preuve du contraire...»

JT: «C'est un titre ça: ¨Richard Martineau croit que Gilles Parent devrait être encore en ondes¨...»

RM: «Un patron à le droit de dire moi regarde je suis mal à l'aise puis tout ça mais ces gens-là qui deviennent soudainement persona non grata partout alors qu'ils n'ont pas été déclarés coupables...»

JT: «Un patron ne peux pas dire qu'il est mal à l'aise si l'histoire sors pas...»

RM: «Les journaliste c'est correct qu'ils fassent leur job mais après ça c'est au juge et au système de justice...là si on commence à lyncher les gens puis qu'ils perdent tout puis tout leur droit, écoute c'est déjà arrivée à de nombreuses reprises de fausses accusations...»

JT: «Dans les cas récents qui ont défrayé la manchette, qui a été traité injustement?»

RM: «Je ne sais pas moi, est-ce que Patricia Tulasne a été contre-interrogée par un avocat? Écoute, les femmes qui avait dénoncé Jian Ghomeshi avaient menti à leurs propres avocats...»

JT: «Combien qui ce sont déclarés coupables sur la place publique se sont excusés de leurs gestes?»

RM: «Ça donne rien, ces gens-là sont déjà jugés...»

JT: «Le message que vous aurez entendu ici à Martineau-Trudeau et lu dans des médias c'est ¨si vous êtes une victime, farmez votre crisse de gueule¨...le message c'est ça...»

RM: «La police...va à la police...»

JT: «On passe notre temps à dénoncer le laxisme de notre système de justice qui est de la merde...»

RM: «Alors dénonce du monde au micro, n'importe qui...On ouvre les lignes, les filles là si vous voulez dénoncer des gens qui vous ont attaqué là...Maintenant plus besoin du système de justice, on a Martineau-Trudeau...»

JT: «Non mais c'est dont ben n'importe quoi ce que tu dis...»

RM: «Appelez, puis dénoncez votre frère, votre père, votre ancien patron qui vous a pas donné une promotion...»

JT: «Arrête tu l'échappes, Richard tu l'échappes...»

Entendu à CHOI Radio X dans l'émission MARTINEAU-TRUDEAU avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau le 9 janvier 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Member since over 3 years

11:45

257

logo radioego

radioego.com