Résultat pour: #Gilbert

«Espèce de folie, d'hystérie médiatique» dit Rozon. Une journaliste remet les pendules à l'heure!
Publié il y a 12 jours

27833

Monic Néron du 98,5 FM qui fut l'une des journalistes qui avait diffusé des entrevues avec des présumées victimes de Gilbert Rozon en octobre 2017, a rétabli les faits avec le présumée agresseur ce matin alors qu'hier lors d'un passage en cour, il a utilisé l'expression «d'exécution, d'espèce de folie, d'hystérie médiatique» pour décrire la situation dans laquelle il est plongé depuis l'automne dernier.

«Le soir du 18 octobre, la veille de la diffusion des témoignages, on est ici au 98,5 dans un petit quartier général improvisé dans le bureau de la direction, et on appelle Monsieur Rozon à 5 numéros différents; cellulaire, Québec, France, résidence, Québec, France, parce qu'on savait qu'il était en Europe à ce moment-là et Juste pour rire, le relationniste, nous rappelle peut de temps après, et c'est là ou on a résumé ;es allégations. On a fait un petit ¨wrap-up¨ de ce que nous avions recueilli, et de ce que nous nous apprêtions à dévoiler le lendemain matin. Deux heures plus tard, il décide de démissionner de la chambre de commerce, de Juste pour rire, des fêtes du 375e avant même d'avoir entendu les témoignages, donc la folie médiatique, l'hystérie médiatique dont il parle, elle est venue après, parce que dans les faits, c'est basé sur ce que nous lui avons transmis via son relationniste, il savait que ça s'en venait, que ça allait sortir le lendemain et prend cette décision» a dit Néron qui était très au coeur de l'événement.

«Et il avait le choix de répondre, de répliquer, de donner sa version ce qu'il a refusé de faire» a dit l'animateur. «Ce qui nous permettait d'aller de l'avant de lendemain bien sur, tout ça a été fait dans les règles de l'art, donc je vous rappelle qu'il y a une enquête du SPVM toujours en cours. Il y a deux enquêteurs, une procureur qui sont assignés au dossier, et 23 plaignantes, et on devrait très certainement avoir les résultats de cette enquête-là au cours des prochains mois» a conclut la journaliste.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal à l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 19 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:12

1897

Autres cas d'harcèlement à «Juste pour Rire» on parle même de «culture d'entreprise»
Publié il y a environ un mois

27747

«Une culture d'entreprise», voici comment est décrite la situation du harcèlement en général à l'intérieur des murs du groupe Juste pour rire.

Un reportage de Jessica Leblanc au 98,5 FM ce matin avec Paul Arcand a permis d'en apprendre plus sur une situation qui semble bien ancrée dans l'entreprise se spécialisant en humour. «Après le scandale sur Gilbert Rozon, il a des voix qui ont commencé à s'élever pour dénoncer une culture d'entreprise, un climat malsain, du harcèlement psychologique qui serait entretenu par des dirigeants qui sont toujours présents» a expliqué la journaliste qui a parlé avec une dizaine de personnes qui ont travaillé avec Juste pou rire à différentes époques et qui ont tous vécu ou été témoins d'harcèlement psychologique, d'épuisement professionnelle et de roulement de personnels constant.

Une ex-employée, Anne Gravel, s'est confiée à la journaliste sur la situation qui prévalait dans l'entreprise. L'ex-bras droit de Gilbert Rozon et PDG actuelle de Juste pour rire Guylaine Lalonde est visée dans son témoignage: «Ça a été je pense le pire cauchemar de ma vie professionnelle. Le traitement d'intimidation, de cruauté mentale, se faire crier des noms...Je vous dirais que la vice-présidente, c'était elle qui était la personne à fuir, à éviter et quand j'ai su qu'elle était devenu PDG les deux bras m'ont tombé» a dit celle qui avait 20 ans d'expérience quand elle a été embauchée à Juste pour rire à titre de directrice des ressources humaines.

L'ex-employée a aussi dit qu'au delà de son cas personnel, elle a été témoin d'au moins 10 cas similaires aux siens en moins de 1 an.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 19 janvier 2018 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:36

199

#MoiAussi: Dénonciation policière ou médiatique? Le débat s'enflamme à Radio X
Publié il y a environ un mois

27735

Les dénonciations publiques qui ont pris place dans les médias depuis quelques mois et qui ont contribué à mettre en suspend les carrières de personnalités publiques telles que Gilbert Rozon, Éric Salvail et Gilles Parent pour ne nommer que ceux-là, suscitent de nombreux débats surtout avec l'arrivée du nouveau mouvement #EtMaintenant et de la signature d'une tribune de la part d'un groupe de femmes sur «la liberté d’importuner» pour les hommes.

Suite à une entrevue avec le juriste Me Julius Gray, qui a mis en garde sur les dangers de dérapages dans le cas de dénonciations publiques, Richard Martineau et Jonathan Trudeau ont eu un solide argument à CHOI Radio X à Québec sur les façons utilisées pour dénoncer des cas d'abus: Les médias, les réseaux sociaux ou la police? Ils ne s'entendent définitivement pas sur les moyens que les victimes prennent pour dévoiler le nom leur présumé abuseur.

Voici un compte rendu du débat que vous pouvez entendre intégralement en écoutant l'audio:

RM: Richard Martineau

JT: Jonathan Trudeau

JT: «Si t'es une victime puis que t'entends Me Gray dire: ¨vous savez, vaut mieux acquitter sans coupable que de condamner des innocents...¨ on encourage pas les gens à se tourner vers le système de justice pour obtenir réparation là...»

RM: «Ouais mais de là à dénoncer des gens sur les réseaux sociaux pis ces gens-là perdent tout du jour au lendemain sans qu'ils aient pu...»

JT: «Qui tu peux dire clairement: ¨cette personne-là, c'"est n'importe quoi...¨ Clairement Richard, en vacances t'as changé d'idée...»

RM: «Les journalistes ne sont pas des juges...»

JT: «Donc tu serais à l'aise à ce que Éric Salvail soit encore en ondes..

RM: «Tout inculpé à le droit d'être présumé innocent tant qu'il n'est pas déclaré coupable conformément à la loi par un tribunal indépendant et impartial à l'issue d'un procès publique et équitable...C'est notre charte canadienne des droits et libertés»

JT: «Admet que t'as changé d'avis...»

RM: «Ils ont le droit à un procès...»

JT: «Admet que tu as changé d'avis sur la question...»

RM: «Quelqu'un est innocent jusqu'à preuve du contraire...»

JT: «C'est un titre ça: ¨Richard Martineau croit que Gilles Parent devrait être encore en ondes¨...»

RM: «Un patron à le droit de dire moi regarde je suis mal à l'aise puis tout ça mais ces gens-là qui deviennent soudainement persona non grata partout alors qu'ils n'ont pas été déclarés coupables...»

JT: «Un patron ne peux pas dire qu'il est mal à l'aise si l'histoire sors pas...»

RM: «Les journaliste c'est correct qu'ils fassent leur job mais après ça c'est au juge et au système de justice...là si on commence à lyncher les gens puis qu'ils perdent tout puis tout leur droit, écoute c'est déjà arrivée à de nombreuses reprises de fausses accusations...»

JT: «Dans les cas récents qui ont défrayé la manchette, qui a été traité injustement?»

RM: «Je ne sais pas moi, est-ce que Patricia Tulasne a été contre-interrogée par un avocat? Écoute, les femmes qui avait dénoncé Jian Ghomeshi avaient menti à leurs propres avocats...»

JT: «Combien qui ce sont déclarés coupables sur la place publique se sont excusés de leurs gestes?»

RM: «Ça donne rien, ces gens-là sont déjà jugés...»

JT: «Le message que vous aurez entendu ici à Martineau-Trudeau et lu dans des médias c'est ¨si vous êtes une victime, farmez votre crisse de gueule¨...le message c'est ça...»

RM: «La police...va à la police...»

JT: «On passe notre temps à dénoncer le laxisme de notre système de justice qui est de la merde...»

RM: «Alors dénonce du monde au micro, n'importe qui...On ouvre les lignes, les filles là si vous voulez dénoncer des gens qui vous ont attaqué là...Maintenant plus besoin du système de justice, on a Martineau-Trudeau...»

JT: «Non mais c'est dont ben n'importe quoi ce que tu dis...»

RM: «Appelez, puis dénoncez votre frère, votre père, votre ancien patron qui vous a pas donné une promotion...»

JT: «Arrête tu l'échappes, Richard tu l'échappes...»

Entendu à CHOI Radio X dans l'émission MARTINEAU-TRUDEAU avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau le 9 janvier 2018 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

11:45

252

Juste pour rire devrait-il être enquêté pour trouver qui savait quoi dans la boîte?
Publié il y a 2 mois

27648

Suite aux allégations d’inconduites sexuelles qui ont touché Gilbert Rozon, le grand patron du groupe Juste pour rire cette automne, la question se pose: Qui savait quoi dans l’organisation?

Avec un chiffre d’affaire de 124 millions et 110 employés permanents, il y a en effet surement de monde qui aurait pu être témoin et dénoncer quelque chose au cours de années. Patrick Lagacé, invité de Paul Arcand ce matin au 98,5 FM à Montréal, a fait un parallèle avec UBER aux États-Unis qui a fait face à une situation semblable. «Il y a eu des accusations contre la compagnie UBER, d’un climat qui facilitait le harcèlement sexuel, et aussi la discrimination envers les travailleuses femmes. Et quand le scandal a éclaté, on a mandaté l’ancien producteur de la justice chez Obama, Éric Holder, pour enquêter sur les pratiques à l’interne. Holder a interviewé 200 personnes chez UBER. Il a produit un rapport qui a mené entre autres à des suspensions, des congédiements et à l’exil du PDG de UBER…à quant l’équivalent pour Juste pour rire?» s’est demandé le chroniqueur de La Presse.

Arcand pour sa part a plutôt été d’accord avec l’approche de Lagacé: «C’est pas un dépanneur là Juste pour rire, normalement, une entreprise de cette taille qui se respecte a un conseil d’administration, a un service de ressources humaines et une politique» a dit l’animateur qui a posé une question très clair: «Les soeurs Rozon faisaient quoi quand leur frère tripatouillait des jeunes femmes? Puis tu vas me faire croire toi que personne était au courant dans la boîte?» A dit Arcand, faisant référence à Lucie et Luce Rozon, les deux soeurs jumelles de Gilbert qui gravitent dans les hautes sphères du groupe depuis de nombreuses années.

Alors, oui ou non à une enquête externe sur l'organisation pour enfin faire le ménage pour de bons?

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 11 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:19

240

Gala des Olivier vs Gilbert Rozon: «C'est pas vrai que je vais gâcher ma soirée parce que cet ostie-là a décidé de faire l'épais»  —Mariana Mazza
Publié il y a 2 mois

27646

L’humoriste québécoise Mariana Mazza, grande favorite pour rafler plusieurs prix au gala des Olivier dimanche soir, a fait une sortie sur Gilbert Rozon lorsque questionnée sur la façon dont les humoristes allaient réagir durant la soirée face à la situation de celui qui a du quitter l'organisation Juste pour rire suite à de nombreuses allégations d'inconduites sexuelles pesant sur lui.

Comme c’est son habitude, Mazza n’a pas mâché ses mots face aux questions de Catherine Beauchamp du 98,5 FM sur le sujet ce matin. On a réalisé qu’elle ne portait pas l’ancien grand patron de Juste pour rire dans son coeur: «Yé pu là, on passe à autre chose! Par contre faut être prévoyant pour la suite des choses» a dit l'humoriste tout en ajoutant: «C’est pas vrai que je vais gâcher ma soirée parce que c’t’ostie-là a décidé de faire l’épais» a dit celle qui fait aussi partie de l'équipe de filles de la série CODE F présenté à VRAK.

Mariana a toutefois ajouté qu’elle entrevoyait le gala de façon très positive: «Moi je vais arriver de bonne humeur, je vais me mettre belle, je vais être fier de ce que j’ai fait, puis je vais aller célébrer le travail de mes collègues et le mien. Non, c’est pas parce que Gilbert a fait quelque chose que je vais m’arrêter d’avoir du plaisir. On devrait célébrer le fait qu’il est plus là, c’est aussi simple que ça.» a conclut celle qui domine le nombre de nomination pour la remise des trophées de soirée récompensant les artisans de l'industrie de l'humour avec cinq.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Week-end Extra» avec Mathieu Beaumont le 10 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:56

385

Radio-Canada devrait-il s'excuser auprès de Gilbert Sicotte?
Publié il y a 3 mois

27636

Abus de pouvoir, harcèlement psychologique, violence verbale: pendant 25 ans, le célèbre comédien et professeur au Conservatoire d'art dramatique de Montréal Gilbert Sicotte aurait lancé des cris et des insultes à des étudiants. Voilà ce qu’on a pu apprendre sur toutes les plateformes de Radio-Canada à la mi-novembre, poussant la direction du Conservatoire à suspendre le comédien. Mais depuis, plus rien.

Dans un article de la Presse + il y à quelques jours, Lysianne Gagnon titrait ceci: «À quand les excuses?» Faisant référence à la suite de ce qu’on peut appeler «l’affaire Gilbert Sicotte». La chroniqueuse de La Presse débute son article ainsi: «Dix jours ont passé depuis le lynchage de Gilbert Sicotte sur les ondes de Radio-Canada. Dix jours que l’on se demande quand la Société Radio-Canada et le Conservatoire d’art dramatique s’excuseront pour l’injustice commise à l’encontre de l’un de nos plus grands comédiens.»

«Hélas, rien ne se passe. Ni à Radio-Canada, qui s’entête à justifier un reportage injustifiable, ni au Conservatoire, qui a ¨suspendu¨ M. Sicotte dans la précipitation – le jour même de la diffusion! –, manifestement sous l’impulsion de la peur du ¨scandale¨ qui agite tant d’administrateurs sans courage». A continué Gagnon.

Ce matin, Martin Cloutier et son équipe de Debout les Comiques à CKOI ont abondé dans ce sens, et en ont même rajouté: «Radio-Canada a donc, a l’aide parfois de témoignages fait sous l’anonymat, salit sa réputation sans même consulter par exemple les étudiants des cohortes actuelles qui sont au conservatoire donc qui reçoivent des enseignements de Gilbert Sicotte qui eux, ont réagit avec une lettre unanime ou ils reconnaissent la compétence de Gilbert Sicotte comme professeur, Donc c’était pas complet le reportage de Radio-Canada. Il manquait certains éléments qui faisait que c’était peut-être plus nuancé, aussi catégorique que ça nous ait apparu dans notre TV» a dit Tammy Verge, outrée par le manque d’action de la société d’état dans le dossier. «La direction du conservatoire a pas pris la peine d’interroger les élèves actuels» a ajouté Patrice Bélanger. »

Radio-Canada aurait reçu une centaine de plaintes qui ont remis en doute leur façon de faire dans le traitement de ce dossier. La suite se fait toujours attendre.

Entendu à CKOI 96,9 FM dans Debout les comiques avec Martin Cloutier, Tammy Verge et Patrice Bélanger. (COGECO) le 7 décembre 2017.


CKOI969RE CKOI969RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

06:39

122

Allégations d'inconduite: Au tour de Gilbert Sicotte: «Je vais laisser la place aux jeunes»
Publié il y a 3 mois

27548

Dans un reportage diffusé sur les ondes de la radio de Radio-Canada, on a appris que l’acteur Gilbert Sicotte était visé par des allégations de harcèlement psychologique alors qu’il était professeur au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Il a été suspendu suite à ces allégations.

Des présumées victimes, des anciens étudiants, ont témoigné pour dénoncer avoir subit de la violence verbale, de l’abus de pouvoir, tellement qu’il semble que certains d’entre eux ont du avoir recours è des soins psychologiques «approfondis» suite à leur passage au Conservatoire.

«Je ne crois pas que j’ai jamais dépassé de limites» a dit Sicotte. «Mon but n’a jamais été de vouloir humilier quelqu’un, de vouloir tasser quelqu’un, absolument pas» a dit l’enseignant qui a ajouté: «C’est possible que des fois je puisse m’enflammer si on ne travaille pas, si on n'apprend pas les textes, c’est sur que le m’enflamme, mais je suis désolé…si ça leur a fait ce mal-là…mais en même temps je me dis, ce que j’ai fait, en général pour les étudiants c’était toujours pour leur bien, si il y a une autre perception, je suis vraiment désolé…mais en même temps, je comprends pas tout ça là» a dit l'acteur bien connu des Québécois qui ne semblait pas tout comprendre ce qu’on lui reprochait exactement.

Entendu sur les ondes du Ici Radio-Canada Première dans le bulletin de nouvelles du 15 novembre 2017


IciRE IciRE
Membre depuis il y a plus de 2 ans

03:34

234

Voici ce que disait les textos envoyés par Gilbert Rozon à certains humoristes après la diffusion de TLMEP…
Publié il y a 3 mois

27541

Après la diffusion de TLMEP dimanche, alors qu’un onze humoristes étaient invités à parler d’un nouveau festival du rire à Montréal qui servira de nouvelle destination à ceux qui, nombreux, ne voudraient plus être associés au Festival Juste pour rire de Gilbert Rozon, sur qui pèse une série d’allégations de comportements sexuels douteux, le 98,5 a appris que ce dernier aurait envoyé des textos à certains humoristes, question de parler des valeurs véhiculées par ce nouveau festival qui prend forme ces jours-ci et qui risque de remplacer le sien.

C’est l’information qu’a livré Émilie Perreault à l'émission de Paul Arcand ce matin: «J’ai appris que Gilbert Rozon était entré en contact avec plusieurs humoristes par messagerie texte après la diffusion de Tout le monde en parle dimanche…j’ai eu la confirmation de 6 personnes, des hommes, des femmes, mais il y en aurait eu plus que ça… un message plutôt sobre dans lequel il indique qu’il ne les a pas contacté plus tôt parce qu’il était en état de choc, qu’il ne veux pas être jugé sur la place publique, qu’il espère qu’on laissera la justice suivre son cours» a dit la chroniqueuse. Puis elle a ajouté une information intéressante que Rozon a voulu livrée aux humoristes: «Il fait référence aux nombreuses valeurs véhiculées par le nouveau festival du rire de Montréal mais il questionne si la présomption d’innocence fait partie des valeurs véhiculées par ce nouveau festival»

Perreault a ajouté que c’était les premières nouvelles qu’on avait de Gilbert Rozon depuis sa démission le 18 octobre derniers, soit la veille de la diffusion du reportage des présumés victimes de Rozon sur les ondes du 98,5 FM.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission Puisqu’il fautes lever avec Paul Arcand le 14 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

04:40

2566

50 humoristes québécois lancent le festival du rire de Montréal!
Publié il y a 4 mois

27502

Martin Petit était l'invité de Émilie Perreault et de Paul Arcand ce matin pour parler de la création d'un nouveau festival d'humour à Montréal en guise de réponse à la controverse associée autour du Festival «Juste pour rire». L'humoriste a dit à quel point c'était rendu compliqué de participer au Festival créé par Gilbert Rozon dans les dernières années. «On va proposer quelque chose qui va sentir bon, ça va être la première édition, ce sera peut-être pas le plus gros festival au monde, mais ça va être le meilleur festival pour le monde», a dit le porte-parole du groupe d'humoristes qui souhaitent créer un événement qui s'étalonnera sur une période de 10 jours à l'été 2018. Entendu sur les ondes du 98,5 à Montréal dans l'émission Puisqu'il Faut se Lever le 7 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:46

127

inconduites sexuelles: Claude Poirier pense que quelque chose est sur le point de sortir dans le monde du sport aussi...
Publié il y a 4 mois

27412

Alors que Paul Arcand l'a appelé pour lui souhaiter bonne fête, Claude Poirier en a profité pour féliciter les filles du 98,5 qui ont fait l'enquête sur les inconduites sexuelles de Gilbert Rozon, et a laissé sous-entendre que quelque chose s'en venait dans le milieu du sport aussi sur le même sujet. Entendu Le 26 octobre 2017 au 98,5 FM dans Puisqu'il Faut se Lever avec Paul Arcand (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

00:34

9763

logo radioego

radioego.com