Résultat pour: #Affair

Elle est la fille de son frère qui a couché avec... sa mère!
Publié il y a 6 jours

27734

Une histoire invraisemblable à l'émission du Doc Mailloux et Josey aujourd'hui alors qu'une auditrice, Linda, a appelé pour raconter comment son père est aussi son frère qui s'est accouplé avec...sa mère!

Les deux animateurs ont eu de la difficulté à comprendre l'histoire de l'auditrice au départ tellement c'était irréaliste. Mais à force de questionner, ils ont réussi à comprendre l'incroyable situation: «Moi je suis en choc Linda, sérieusement, j'en ai entendu des affaires dans ma vie mais celle-là c'est la première fois...» a dit Josey Arsenault, dépassée par ce qu'elle venait d'entendre.

Entendu à l'émission Doc Mailloux et Josey le 16 janvier 2018 au FM93 et tout le réseau des radios parlées de COGECO avec Le Doc Pierre Mailloux et Josey Arsenault.


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

12:01

4184

Le PM Couillard comme vous ne l'avez jamais entendu!
Publié il y a environ un mois

27680

En tournée dans la région du Saguenay, le premier ministre du Québec Philippe Couillard est passé dans les studios de la radio Kyk Radio X pour une entrevue qui a laissé place à beaucoup d’opinions sur plusieurs sujets auxquels nous ne sommes pas habitués de l’entendre.

Voici en mode questions/réponses la rencontre entre le PM et l’équipe de Kyk:

Question 1- «Est-ce que vous croyez aux OVNIS?»

Réponse 1- «À la vie extraterrestre peut-être mais pas aux OVNIS…»

Question 2- «Qu’est-ce que vous avez demandé au Père Noël cette année au niveau personnel?»

Réponse 2- «Du temps et de la tranquillité…»

Question 3- «Pendant le temps des fêtes, quelle microbrasserie allez-vous consommer?»

Réponse 3- «J’achète local… la Chouape j’en ai toujours chez-nous, inversement j’ai visité Chez Beemer (Roberval), vraiment l’fun…»

Question 4- «Quand vous étiez jeune, vouliez-vous être premier ministre?»

Réponse 4- «Non, au début du secondaire, je voulais être archéologue, parce que j’étais très intéressé à l’histoire, et je trouvais ça extraordinaire qu’on devine comment le monde vivait avant juste à regarder les ruines et les vestiges…Par la suite je me suis beaucoup intéressé aux sciences naturelles et à la biologie…mon père était prof de biologie…puis de la biologie vers la santé médecine ça s’est fait un peu naturellement…»

Question 5- «Quelle est votre série préféré à l télé?»

Réponse 5- «Games of thrones… j’attend que la version sorte sur CD parce que je ne suis pas abonné aux affaires [comme Netflix]…» (il n’écoute pas de séries québécoises sauf les documentaires comme Découvertes)

Question 6- «Croit-il plus au retour des Expos ou des Nordiques?»

Réponse 6- «Mon coeur souhaiterait que les Nordiques viennent, mais je regarde ce qui arrive dans la Ligue Nationale, puis, chaque fois on est déçu, je commence à…. Par contre, en pratique, il y a quand même d’assez bonne chance que le Baseball revienne à Montréal parce que c’est une ville de Baseball depuis des décennies. On a fait la preuve qu’on était capable d’avoir une équipe des Ligues Majeures, il y a des intérêts privés, c’est pas au gouvernement puis au payeurs de taxes de financer ça, mais il y a des intérêts privés qui sont très intéressés, je pense que ça se peut que ça se produise. Je rassure tout le monde à l’écoute, on mettra pas des fonds publiques là-dedans, ma position là-dedans c’est simple; d’abords ça prend le privée pour qu’il mette des sous sur la table, ensuite si c’est payant, bien moi je veux que les contribuables aient une part des bénéfices, je ne veux pas juste qu’on soit là pour financer. Mais on est pas rendu là. Puis pour le hockey, je regarde les dernières nouvelles, chaque fois qu’il y a une équipe qui est à la veille de déménager, ou qui pourrait déménager ou qu’on parle d’une expansion, on dirait qu’on passe toujours à côté de la table, tsé à chaque fois…on a tellement un bel amphithéâtre aussi à Québec…»

Entendu sur les ondes de Kyk Radio X 95,7 FM au Saguenay dans l'émission «Le retour de Courchesne» avec Richard Courchesne, Alexandra Tremblay et Pierre-Alexandre Fontaine le 18 décembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CKYK957RE CKYK957RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

15:02

212

Yves Landry est revenu sur ce qui l'a poussé en dehors de la radio...
Publié il y a environ 2 mois

27619

Longtemps le personnage atypique d’une radio qui roulait déjà pas mal hors sentier, Yves Landry a fait des séjours assez fructueux sur des antennes très importantes dans la région de Québec ayant fait parti de l’équipe du matin de CHOI et du FM93, en plus de participer à l’évolution de la radio web de Jeff Fillion: radiopirate.com. Alors, que s’est-il passé pour qu’il ne soit plus du tout en ondes alors qu’il n’y a jamais eu autant de radio qui «parlent» à Québec? Écoutez-le donner ses explications.

C’est à une radio communautaire de Lévis, CJMD 96,9 FM, avec l’animateur Max Doré que Landry a bien voulu donner les raisons de son absence des ondes. Il a aussi expliqué comment il percevait ce média aujourd'hui.

Voici 10 réflexions de Yves Landry sur son absence et sur la radio en général:

1- «Je redonne beaucoup à Jeff…même si on est des individus qui ne se ressemblent pas…»

2- «Denis y’avait un front de boeuf, il arrivait d’un petit coin, il aurait pu vendre des caisses de confiance…il ne doutait pas de lui, il était drôle...»

3- «Il est arrivé le phénomène Chiasson qui était une méga joke, duquel je n’ai rien appris…tout ça a provoqué la séparation du groupe qui s’était bâti mais qui était en train de pourrir tranquillement pas vite…»

4- «Jeff a pris une direction différente, il s’est mis à faire ses affaires et à devenir très politique...»

5- «Denis Gravel et Dominic Maurais avaient une autre vision. Ils ont voulu travailler de façon carriériste dans patente pis ¨faire de la radio¨…pis pour eux autres, ce qu’on faisait avant, c’était plus vraiment de la radio...»

6- «J’étais convaincu qu’à la dissolution quand Jeff est partit pour radiopirate que mon avenir était avec Jeff puis je suis allé le rejoindre et il m’a accueilli les bras ouverts…»

7- «Je ne changerais jamais de ce que j’ai fais hier et de ce que je suis aujourd’hui, je vais le demeurer, même si tout ça me met ¨get out the radio¨ »

8- «Tu parlais des derniers balbutiements qui sont arrivés accidentels ou j’étais arrivé à CHOI puis on s’est vu, on devait se reparler (Jeff et lui), se laisser avec une rancune, se laisser avec un goût aigre, après avoir partager tant de temps…on devait se jaser»

9- «Moi par contre je peux te dire personnellement que, je suis encore capable d’en donner, je pourrais encore en donner, à faire ce que je faisais il y a 20 ans, je suis convaincu que j’aurais autant de plaisir à le faire… je le ferais de la même façon… et j’ai autant d’énergie que j’en avais…»

10- «Là présentement c’est la talk radio…ça parle, ça parle, ça parle, ça parle, ça parle, ça parle…scuse je suis en train de m’endormir, ça parle, ça parle, ça parle, ça parle…alors ça me dit rien»

Entendu à l’émission «Tailgate en attendant Ti-Guy» avec Max Doré sur les ondes de CJMD 96,9 FM à Lévis le 28 novembre 2017.


cjmd969 cjmd969
Membre depuis il y a plus de 8 ans

15:58

1025

Voici ce que l'animateur du matin le plus écouté à Québec ne fait pas...
Publié il y a environ 2 mois

27618

Quand on pense «animateur du matin le plus écouté à Québec», des noms nous viennent rapidement en tête: Dupont, Bouchard, Maurais, Dallair, en tout cas, ce sont eux qu’on entend le plus parler. Mais aucun d’eux n’est plus écouté que ce gars bien tranquille qui mène la barque de l’émission du matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada depuis 2005 et qui trône au sommet des cotes d'écoutes cet automne. (Source Numéris automne 2017, central 12+, 6h à 9h). Son nom? Claude Bernatchez. Plutôt que de vous dire qu’est-ce qu’il fait de bien pour devancer tous ces autres gros noms, voici plutôt une liste des 10 choses qu’il ne fait pas.

1- Il ne donne jamais sa propre opinion sur les sujets d’actualités. (Il peut toutefois vous dire la sorte de yogourt qu’il préfère, mais ne dévoilera pas la marque. :-)

2- Il n’est jamais méchant avec les membres de son équipe et cherchera plutôt à les mettre en valeur.

3- Il ne fait pas d’attaque personnel sur un invité après qu’il ait quitté l'entrevue. [ ]

4- Il ne s’éternise pas trop longtemps sur un sujet si il n’a rien de plus a y apporter.

5- Il ne tutoie jamais personne, même les membres de sa propre équipe.

6- Il ne parle pas trop et laisse plutôt beaucoup de place à son équipe ou ses invités.

7- Il ne fait jamais de «Montréal bashing», quelque chose de très populaire à la radio de Québec.

8- Il ne parle jamais de problèmes personnels en ondes, et ceux-ci ne se refléteront pas sur son humeur non plus..

9- Il n’élève jamais le ton.

10- Il ne parle jamais en mal en ondes des autres animateurs de la station.

Donc, on suggère à ses concurrents de prendre des notes, si jamais ils aspirent à être numéro 1 aussi, un jour.

Dans l’audio, vous pourrez entendre son équipe de Première heure se payer un peu sa tête en décrivant en son honneur une liste des 12 choses qu'on ignorait de lui.

Équipe de Première Heure:

Animation : Claude Bernatchez

Arts et spectacles : Patricia Tadros

Nouvelles régionales : Martin Boucher

Circulation : Marc-André Boivin

Météo / Affaires citoyennes : Martine Côté

Recherche : Andréanne Plante

Technique et assistance à la réalisation : Martin Meilleur

Réalisation : André Anne Paré

Entendu à Première Heure avec Claude Bernatchez à Ici Première (106,3 FM Québec) la radio de Radio-Canada le 1 décembre 2017.


IciRE IciRE
Membre depuis il y a environ 2 ans

09:32

173

Sondage Automne 2017: Maintenant concurrents Denis Gravel et Jérome Landry se saluent mutuellement
Publié il y a environ 2 mois

27611

En parlant des personnes avec qui il avait travaillé depuis ses débuts à CHOI Radio X, Denis Gravel a eu salué Jérome Landry qui a eu de très bon mots pour lui à l'antenne d'Énergie alors qu'il lui fait maintenant face en ondes: «Je lui rend la pareil, je le salue, je sais que c'est peut-être une journée un peu plus difficile de son côté...tient je vais lui envoyer le message directement sans faire aucune allusion, si il veut se consoler sur une p'tite affaire de rien du tout, les 400 qui nous manquent pour être numéro 1, Jérome, c'est toé qui les as [rires] pis ça me fait un peu chier [rires]».

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec dans l’émission «Gravel dans le retour» avec Denis Gravel. Véronique Bergeron, Vince Cauchon et Jean-Francis Blais le 30 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:39

619

Dave Treg de Storm Alliance répond à Régis Labeaume qui se plaint du coût de la manifestation: «Y'a pas de misère à ramasser mes impôts par exemple»
Publié il y a environ 2 mois

27596

En point de presse aujourd'hui, Régis Labeaume, qui n’a pas manqué souligner le coût de la manifestation à Québec en fin-de-semaine, a vu Dave Treg, le leader d’un groupe de manifestants «Storm Alliance», lui répondre de façon plutôt cinglante alors que ce dernier était en entrevue avec Éric Duhaime et Myriam Ségal au FM93 au même moment.

Régis Labeaume a commencé son analyse de la fin-de-semaine par une boutade: «Ben je me demandais si il n'y avait pas plus de journalistes pis de techniciens que de manifestants? Je regardais ça sur Internet, pis on va relativiser; c’était 1000 personnes au total, on ne parlera pas d’une manifestation de masse, bon. Ça va nous coûter le double que ça nous a coûté la dernière fois, alors que c’était 75 000$. Là, c’est au minimum 150, on peut parler de entre 150 et 200. Alors on les remercie de venir s’amuser à Québec là, nous autres, ça nous coûte cher» a dit le maire qui s’est ensuite lancé dans la description des forces en présence lors de cette manifestation:

«On avait les vertueux d’un côté, qui euh, probablement des pacifistes, mais ils avaient des lances pierres pis quelques objets mais ça devait être des pacifistes» a ironisé le maire, parlant possiblement de ceux qui étaient dans la section des «antifas». Puis il a ensuite décrit ceux qui étaient de l’autre côté de la manifestation, (La Meute et Storm Alliance sans les nommer): «L’autre côté ben on avait la quasi milice là, qui visiblement fait dans l’enflure verbale. Ils ont décidé qu’ils allaient débarquer le gouvernement, pis débarquer d’autres partis politiques si il le fallait. M’as te dire un affaire, ils se prennent pas pour du 7up flat eux-autres. Ça parle beaucoup. Pour 1000 personnes, c’est beaucoup beaucoup de discours» a dit le maire, fidèle à son style habituel.

L’intervention du maire a été entendu en direct par Dave Treg, le leader du groupe identitaire Storm Alliance, qui était alors en entrevue au FM93. Et Treg n’a pas mâché ses mots envers le premier magistrat de la ville: «C’est très très beau de voir le représentant du peuple parler comme ça, il n’a pas de misère à ramasser mes impôts pas exemple, mais je trouve ça…s’t’une vrai joke» a laissé tomber Kreg, qui et a tenu à rappeler au maire ceci: «C’est un droit de citoyens qu’on a de manifester en passant. Je pense qu’avant de venir parler des coûts, le mandat qu’on s’était donné c’est qu’il n’y avait pas de débordement de violence, ni de vandalisme, je pense qu’il n’y en a pratiquement pas eu à comparer du 20, mais je pense qu’avant de regarder ça, on peux-tu regarder l’argent qui est flambé à gauche et à droite du gouvernement et on parle de millions et de milliards ici là?» a débité Treg, clairement piqué au vif par Labeaume.

Entendu sur les ondes du FM93 à Québec dans l’émission «Duhaime-Ségal le Midi» avec Éric Duhaime et Myriam Ségal le 27 novembre 2017 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:45

354

Claude Legault s'en prend à Geoff Molson: «Va gérer ta bière pis tes immeubles, criss, c'est pas tes affaires le hockey, ça parait là»
Publié il y a environ 2 mois

27590

L’acteur bien connu des québécois et grand fan du Canadien depuis toujours; Claude Legault, a effectué une attaque en règle contre la haute direction du tricolore alors qu’il était questionné sur l’état actuel de son équipe favorite par Catherine Beauchamp, en plein tapis rouge de la première du film «Junior majeur», film qui traite justement de hockey. Il a offert une réponse franche, inattendue, et surtout non censurée, tellement que la chroniqueuse culturelle et l’animateur de l’émission matinale de fin-de-semaine au 98,5 FM ont du avertir les auditeurs du contenu cru qu’ils s’apprêtaient à leur faire entendre en ce samedi matin habituellement un peu tôt pour ce genre de propos.

Au départ, Legault s’en ai pris au directeur général Marc Bergevin: «J’avais confiance en ce gars-là un moment donné, mais depuis les ¨moves¨ qu’il a fait depuis une année et demie, il a perdu cinq presque six défenseurs de son alignement régulier. Y’a pas signé Markov, un gars qui a passé toute sa vie ici…il l’a laissé partir comme un malpropre. Radulov; on l’avait le gars qui marquait des buts, il l’a laissé partir aussi, pis y’a tout mis son argent sur une ¨christie¨ de paire de pads…» a dit l’acteur faisant référence au contrat de 10 ans de Carey Price signé cet été. «On est foutu pour, je te dirais, au-dessus de dix ans avec ça!» A dit Legault visiblement amer.

Mais l’acteur n’avait pas terminé son analyse. Visiblement désabusé de la performance de son équipe et surtout du mouvement de personnel effectué depuis quelques années. Il s'est alors attaqué à celui qui occupe le poste le plus élevé chez le Canadien: «Le ménage, c’est au deuxième qu’il faut le faire» a-t-il dit: «Puis Molson, avant y’avait un président, il s’est nommé président. Il devrait lâcher ça, parce que je pense qu’il connait rien là dedans. Il devrait mettre un vrai président, avec son directeur gérant, pis s’enlever de d’là.« Puis il a offert un message très direct au au président et chef de la direction du club de hockey des Canadiens de Montréal: Va gérer ta bière pis tes immeubles que t’achète partout là, criss, c’est pas tes affaires le hockey, ça parait là…tout le monde est en tabarnak…on le voyait au début de l’été, on disait ¨quessé¨ qui va arriver avec cette équipe là, ça va être pourrie, et c’est pourrie!» A dit Legault, manifestement en colère!

Wow! On a pas fini d'entendre parler de cette sortie spectaculaire et d'en mesurer les répercussions dans l'imaginaire collectif des nombreux fans du CH qui se reconnaitront possiblement en masse dans la montée verbale de cet acteur très respectée des québécois qui a peut-être seulement dit tout haut ce beaucoup de partisans pensent, tout bas.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Week-end Extra» avec Mathieu Beaumont le 25 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:28

12995

Couteau permis en avion: «Le monde sont pas fous à temps plein, ils savent bien qu'il y a un deal avec une communauté religieuse» —Régis Labeaume
Publié il y a environ 2 mois

27589

En visite à Montréal cette semaine, Régis Labeaume s’est arrêté au micro de l’émission de Paul Arcand pour parler de différents sujets qui ont marqué les dernières semaines dont sa ré-élection, les radios de Québec, le traffic grandissant dans sa ville, le retour des Nordiques, les couteaux dans les avions, Donald Trump etc…

Rappelons que Transports Canada a annoncé il y a deux semaines, qu’elle modifiait sa liste des articles interdits pour les passagers en avions (en vigueur le lundi 27 novembre). L’agence fédérale autorisera ainsi les petites lames de couteau de six centimètres ou moins pour les vols au Canada. Cela inclut les petits ciseaux et les petits couteaux suisses. Les lames de ce genre demeureront toutefois interdites pour les vols en direction des États-Unis.

Cette nouvelle n’a cessé depuis de créer des remous autant dans la population que dans le monde politique. Le maire de Québec, Régis Labeaume, a été amené à se prononcer sur le sujet lors d’un entretient avec Paul Arcand jeudi matin au 98,5 FM. Il n’a pas hésité du tout à donner une réponse qui laissait peu de place à l’interprétation: «Moi je pense que ça pas de bon sens...je veux bien respecter toutes les religions, mais je pense ça marche pas. :Le problème là-dedans, c’est quand les gouvernements posent des gestes comme ça, ils créent de la désaffection. Le niveau de confiance envers les gouvernements baissent à chaque fois, parce que le monde est pas fou, ils savent bien que ce qu’il y a en arrière de ça est un espèce de deal avec certaines communautés canadiennes, pis je respecte les communautés canadiennes qui demandent à ce qu’on respecte leurs religions, mais la religion peut pas l’emporter sur tout, parce qu’on a vu ça dans le passée quand la religion l’emportait sur des principes fondamentaux dans une communauté, dans une société, ce que ça donnait. Alors c’est juste que quand on fait ça, on diminue la confiance collective envers les gouvernements, et ça c’est mauvais, c’est extrêmement mauvais, pis après ça on se demande pourquoi les gens sont cynique t'sé…» a dit le maire qui a ensuite répété clairement ce qu’il pensait de la décision du ministre des Transports Marc Garneau: «Le monde est pas fou à temps plein, ils savent bien qu’il y a un deal avec une communauté religieuse, alors ça me désarme à chaque fois moi ces affaires-là…les politiciens sont de même, on dirait qu’ils ne veulent pas perdre un vote. Un moment donné il faut que tu acceptes dans la vie de perdre des votes, c’est de même, parce que tu as des principes fondamentaux, puis si ces principes fondamentaux là te font perdre des votes, ben c’est ça gouverner» a dit le maire, manifestement en total désaccord avec la décision du gouvernement fédéral.

Puis Labeaume a terminé avec un exemple très concret de la réalité que la population vivait en prenant un vol d’avion de nos jours: «Je peux pas être d’accord avec ça, moi quand je prend l’avion puis on me dit que mon tube de pâte à dents a plus que 100 millilitres puis que je le met dans la poubelle, je comprend, je suis les règles, je suis en maudit, faut que je m’achète de la pâte à dents en arrivant là-bas, tu sais. Mais là un couteau, je sais pas, je comprend pas là…»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 23 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:58

310

Vie privée des joueurs du CH: Enrico Ciccone ramasse Réjean Tremblay qui se défend énergiquement!
Publié il y a 2 mois

27576

Suite à la tempête occasionnée par les paroles de Réjean Tremblay dans son intervention d'hier à CHOI Radio X (Québec) qui a raconté une rumeur sur la vie privée de Carey Price qui est devenue rapidement virale, puis à son article «L’omertà du CH nuit à Price» publié ce matin dans le journal de Montréal qui semble contredire ces propos, le co-animateur de l'émission «du sport le matin»; Enrico Ciccone, l’attendait avec «une brique et un fanal» sur les ondes du 91,9 SPORTS tôt ce matin.

«La rumeur c’est; sa femme a dit ¨on sort de Montréal ou on divorce¨» —Réjean Tremblay (20 novembre 2017, CHOI Radio X)

Les propos de Réjean, même si tout avait été clairement lancé comme une rumeur, ont fait des vagues même qu'il a fallu qu’Angela, la femme de Carey Price, fasse une publication sur son compte Instagram pour souligner qu’elle n’avait pas «menacé» de divorcer son mari, mais qu'elle trouvait toutefois les rumeurs très divertissantes. Comme quoi, le sens de l'humour est toujours présent chez les Price, malgré tout.

Dès le départ, Enrico a tenu à souligner les contradictions de Réjean ce matin: «Tabarouette du dis pas les mêmes affaires là-bas qu’ici» lui a-t-il lancé, ce qui a mis le feu à la conversation immédiatement: «Elle, excuse-moi donc toé, tu travailles pour quel bord dans vie? Les anciens canadiens ou bien avec 91.9?» Lui a répliqué Tremblay, débordant de confiance. La bataille était engagée! Les deux belligérants se sont échangés les mots durant toute la durée de la rencontre sans interruption. À l'enjeu? La vie privée des athlètes versus les cachettes du Canadien avec au beau milieu le droit des partisans de «tout savoir». Qui est sortit vainqueur? À vous de sortir vos cartes de pointage après avoir savouré ce moment délicieux de radio ci-bas.

Entendu sur les ondes de 91,9 SPORTS à Montréal dans l'émission Du sport le matin avec Michel Langevin et Enrico Ciccone le 21 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a plus de 2 ans

19:00

5124

L'aide gouvernementale pour la survie des journaux. Jeff Fillion parle avec une porte-parole de la FNC-CSN.
Publié il y a 2 mois

27570

Des mesures d’urgence dont réclamées d'Ottawa pour sauver la presse écrite. «Il faut stopper l'hémorragie» clament la CSN et la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) appuyées par un groupe de personnalités et d'organisations québécoises qui vont de Alexandre Taillefer au Conseil du patronat, en passant par l'économiste Jean-Martin Aussant, l'Union des artistes et le conteur Fred Pellerin.

Dans son émission ce midi, Jeff Fillion a accueilli Pascale St-Onge, présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), pour parler de la situation. Les deux ont définitivement une vision pas mal opposée de la problématique, mais se rejoignent pour ce qui est de la réalité du changement profond que subissent les médias traditionnels face aux nouvelles réalités médiatiques d’aujourd’hui.

«Le Québec et le Canada, contrairement à la plupart des pays européens notamment, n’accordent présentement à peu près aucun soutien à la presse quotidienne et aux médias de la presse écrite, donc c’est pas comme si c’était une aberration dans une société démocratique de penser qu’on peut soutenir à partir de fonds publics des médias. Maintenant l’important est d’instaurer des façons de faire qui protègent cette indépendance journalistique là» à expliqué Mme St-Onge.

«Moi le bug c’est que le monde des médias dans lequel on est actuellement, le monde traditionnel, c’est un milieu de gauche qui nous offre à peu près toujours la même affaire. Il ‘y a pas de diversité d’opinion…même que vous perdez beaucoup de monde qui ne vous suivent plus, parce qu'on dirait que je sais pas, surtout depuis que Trump est arrivé, on dirait que le jupon dépassait un peu avant, mais là c’est clair qui est de tel côté, ça les gens commencent à avoir de la difficulté avec ça, et aider on le fait déjà avec Radio-Canada qui est déjà très à gauche. Aider des entreprises ou il n’y a pas de diversité d’opinion, c’est là ou il y a de la résistance, on est tanné de voir que les médias se ressemblent pas mal tous… » à répliqué Jeff Fillion.

Entendu dans FILLION avec Jeff Fillion à CHOI Radio X à Québec. Le 20 novembre 2017. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

17:56

189

logo radioego

radioego.com