Résultat pour: #président

«Je ne renierais pas les allégations que je vous ai faites» —Yves Francoeur avec Arcand
Publié il y a 11 mois

27689

Avril 2017: Yves Francœur, président de la Fraternité des policiers de Montréal, lance des déclarations-chocs sur les ondes du 98,5 FM avec Paul Arcand. Il avait allégué qu’une enquête criminelle aurait été bloquée parce qu’elle aurait visé deux élus libéraux! La Sûreté du Québec a alors enquêté et quelques mois plus tard déclare que tout ceci étaient non fondées.

Suite au dénouement de l’histoire, Yves Francoeur est revenu au micro de Paul Arcand ce matin et a maintenu ses allégations.

Voici 12 citations de l’entrevue de Francoeur avec Arcand au 98,5 FM:

1- «J’ai rarement vu une enquête policière basée sur une déclaration non fondée et des sources non crédibles mais ou on a rencontré 60 témoins…»

2- «Moi j’ai fait cette déclaration là de bonne foi basée sur des sources crédibles provenant de milieux différents»

3- «Malheureusement on est obligé de faire quoi pour que les choses avancent? On est obligé d’aller dans les médias…»

4- «J’ai six sources, provenant de milieux différents, et selon moi, certaines de ces sources-là ne se connaissent même pas entre elles…»

5- «Moi je remet ma déclaration aux enquêteurs le 15 mai dernier, pendant 4 mois, j’ai aucune nouvelle, ça sors dans le Journal de Montréal, une semaine après, j’ai des enquêteurs qui me visitent…»

6- «Je ne renierais pas les allégations que je vous ai dites, je vous dis que mes sources sont crédibles, que c’était mon devoir de faire ce que j’ai fait»

7- «Puis à part de ça là, j’ai jamais sorti de nom sur la place publique… j’ai jamais confirmé que c’était M. Fournier, le nom de M. Pigeon et de M. Bachant la même chose…»

8- «Moi j’ai agi comme sonneur d’alerte, des gens se sont adressés à moi parce qu'ils avaient confiance en moi et dans les positions qu'eux occupaient...»

9- «Non je n’ai pas nommé mes sources [aux enquêteurs] mais c’est certain qu’il m’ont demandé mes sources...»

10- «Moi ce que je vous dis c’est des faits, si c’était à refaire, j’ai fait mon devoir, je referais la même chose, je suis de bonne foi, qu’est-ce que vous voulez que je vous dises de plus?»

11- «J’ai pas à m’excuser d’avoir fait mon travail…»

12- «Je suis redevable aux policiers et policières de Montréal que je suis fier de représenter, c’est eux qui me jugeront…»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 21 décembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

20:04

324

«Québec est encore dans les cartes...juste pas aujourd'hui»  —Geoff Molson
Publié il y a 11 mois

27662

Le grand patron des Canadiens de Montréal Geoff Molson a donné une de ses rares entrevues hier avec Ron Fournier au 98,5 FM à Montréal. Invité au départ à parler de l'inauguration d'une autre patinoire Bleu blanc rouge cette fois au parc De Mésy d'Ahuntsic-Cartierville mercredi, la discussion a rapidement déviée vers la saison actuelle de l'équipe et sur quelques dossiers qui meublent les discussions dans la LNH présentement.

Voici en mode question/réponse, un résumé de la rencontre entre les deux individus: 

Question de Ron Fournier: Comment composer avec la critique?

Réponse de Geoff Molson: Il y a énormément de passion pour cette équipe au Québec puis à Montréal. Quand ça va bien, je comprend que la passion est bien élevée…quand ça va mal c’est complètement l’opposé et moi je comprend très bien ça…quand ça va mal, le monde veule en parler…l’ère moderne, 2017-2018, c’est facile pour nos partisans de nous rejoindre par les réseaux sociaux, on reçoit de leurs messages constamment. 

Y-a-t-il plus de pression de réussir ici à chaque saison qu'ailleurs dans la ligue?

Réponse de Geoff Molson: Avec notre histoire de 24 Coupes Stanley et beaucoup de succès dans les 100 dernières années, les attentes sont très élevées. À chaque année, on doit avoir une équipe qui est capable de gagner… 

Pourriez-vous envisager nommer un jour un président hockey à Montréal?

Le plus important c’est que je donne les moyens à Marc de bien s’entourer, c’est ça qu’il fait.

Jeff, vous n’entrevoyez pas le retour des Nordiques dans un avenir rapproché, vous savez que je vous pose la question parce que c’est pas que vous ne voulez pas cela, c’est la ligue qui a décidé ça, ce sont les 10 propriétaires sur le comité exécutif…à la lumière des annonces que Monsieur Bettman a fait la semaine dernière là, effectivement ça ne regarde pas bien pour les gens de Québec. Pourquoi Seattle même Houston semble plus attrayant que Québec?

Je pense que Québec est encore dans les cartes, juste pas aujourd’hui. Je pense que l’année passée c’était Québec et Vegas, ils ont soumis leur candidature, et leur candidature est encore en place, mais là il y a Seattle qui lève la main et qui veut soumettre une candidature, alors ça c’est approuvé et accepté pour voir ce que Seattle veut faire en terme d’équipe dans la Ligue Nationale, puis après ça on verra. Honnêtement, c’est quelque chose qui est dans les mains de la ligue. Il y a pas de vote, y’a pas de discussion autour de la table pour tester si un marché est mieux que l’autre. C’est vraiment la ligue qui font leur devoir, leur recherche, puis ils vont vers tous les propriétaires pour faire des propositions.

Avez-vous donné des directives à Marc Bergevin afin de «bouger» d'ici la fin de la saison avant qu’il ne soit trop tard?  

L’équipe veut toujours s’améliorer, et Marc va toujours continuer de l’améliorer, mais il ne fera pas un échange juste pour en faire une…il a un plan, et on le connait à l’interne et si on réussi à le réaliser, on pense qu’on va être dans une meilleur position...

Entendu Le 13 décembre 2017 dans Bonsoir les Sportifs avec Ron Fournier au 98,5 FM et le réseau des radios parlées de COGECO.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

11:10

291

«Tesla c'est du rêve!» —Ian Sénéchal
Publié il y a 11 mois

27632

Pourquoi entendons-nous tant parler de cette entreprise qui a pourtant réalisé si peu à comparer à ses concurrents? Ian Sénéchal, actuaire et président de VotreConseiller.net, était au micro de jefffillion.com ce matin pour parler de la «saga» Tesla. Feu de paille ou réelle occasion d’affaire?

Ian a étudié les mouvements parfois difficile à comprendre des investisseurs que nous sommes: «Une compagnie qui fait des profits récurrents, qui augmente son dividendes depuis quelques années, qui est stable, qui est bien gérée: Booooring! Le monde veule pas investir là-dedans. Sérieusement. Tous les bons stocks solides, c’est pas là que l’argent va pantoute depuis 6-7 ans» a analysé froidement Sénéchal: «Tesla par exemple… whoooo…ça on investit dans Tesla; capitalisation boursière semblable à GM, pourtant GM c’est une compagnie qui a 9 fois les bénéfices. Compagnie qui a augmenté les dividendes depuis 2013, une dividende parce qu’ils font du profit. Comment ces deux compagnies là peuvent être à la même capitalisation boursière? Il n’y a aucune logique là-dedans…puis le monde continue à acheter Tesla» a dit celui qui a co-écrit récemment le livre «D’endetté à millionnaire« avec David Descoteaux.

«Tesla c’est du rêve, c’est pas de profit, c’est des pertes, ils brulent du cash…une compagnie d’artisanat ne peut pas valoir 60 milliards en bourse» a ajouté le conseiller financier qu’on soupçonne ne pas détenir de titre de l’entreprise automobile dirigée par le canadien d’origine sud-africaine Elon Musk.

Entendu sur JeffFillion.com le 6 décembre 2017.


RPRE RPRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:44

340

Aide financière aux médias: Jeff Fillion salue la position de PKP qui prône l'indépendance médiatique.
Publié il y a 11 mois

27626

Pierre-Karl Péladeau plaide pour l’indépendance des médias. Il a pris cette position le jour même où le gouvernement québécois dévoilait un plan d’aide aux médias écrits.

Ce matin, sur sa plateforme numérique, Jeff Fillion a salué la position du président et chef de la direction de Québecor, qui a refusé d’être dans un groupe médiatique qui a reçu une aide de 36.4 millions sur 5 ans de la part du gouvernement les soutenir dans leurs virages numériques.

Pierre Karl Péladeau ne pense pas qu’il soit possible de créer des «murs de Chine» et de conserver l’indépendance des médias s’ils acceptent l’argent du gouvernement. «C’est pas toujours mon homme PKP, et loin de là… mais sur ce point-là, il est right on Target, direct direct direct dessus là…» a dit Fillion.

L’animateur de l’émission du midi à CHOI s’est aussi offusqué qu’un Tout.tv version anglophone, qui diffusera majoritaire du contenu en provenance de la CBC, (radio-canada anglophone), chargera 4.99$ par mois, alors que l’entreprise est subventionné à la hauteur de 1.2 milliard par année: «joual vert c’est le boutte de la marde» a-t-il laissé tomber.

Entendu sur jefffillion.com avec Jeff Fillion et Nick le 5 décembre 2017.


RPRE RPRE
Membre depuis il y a presque 3 ans

05:48

213

Denise Bombardier outrée de voir une transgenre à la tête de la Fédération des femmes du Québec!
Publié il y a 12 mois

27623

Gabrielle Bouchard est la nouvelle présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ). Mais qui donc est cet homme devenu femme à l’âge adulte? S’est demandée Denise Bombardier dans un texte paru dans le journal de Québec vendredi dernier. Ce matin, Mme Bombardier était sur les ondes de CHOI Radio X avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau pour en parler. Elle n’a pas mâché ces mots sur cette situation qu’elle trouve à tout le moins étrange.

Voici 10 citations de Denise Bombardier sur le sujet:

1- «Si il y a des gens qui croient qu’en posant les questions que je pose, et disons-le, que peu de gens osent poser de peur d’être accusé d’être transphobe, c’est encore plus grave que je ne le croyais pour ce qui est de la rectitude politique au Québec.»

2- «Est-ce qu’on imagine qu’un homme, identifié ¨homme¨, aurait pu devenir président de la Fédération des femmes du Québec?»

3- «Cette personne ne sait pas ce que c’est que d’être une petite fille…»

4- «Quand on a pas porté l’expérience je vous dirais millénaire de la condition féminine, on ne peut pas dire qu’on comprend les femmes.»

5- «Il faut cesser d’évaluer les actes des gens en fonction du droit, il y a aussi la décence qui existe...»

6- «Moi je ne penserais pas aller me présenter à la direction du mouvement masculinisme»

7- «La fédération des femmes du Québec depuis plusieurs années s’est mise à dérailler»

8- «Quand elle a dit à la commission parlementaire à Québec en 1995, ce serait le fun qu’il n’y ait plus de genre, c’est ça le problème, ils veulent faire éclater les genres»

9- «C’est comme si des quadraplégiques voulaient qu’on se mettent tous dans des fauteuils quadraplégiques...»

10- «Il y a des militants fondamentalistes, extrémistes et radicaux qui rêvent, c'est une sorte de fantasmes d’être plus confortables, si personne n’avait de sexe…»

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec dans l'émission Martineau-Trudeau le 4 décembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

19:56

334

Claude Legault s'en prend à Geoff Molson: «Va gérer ta bière pis tes immeubles, criss, c'est pas tes affaires le hockey, ça parait là»
Publié il y a 12 mois

27590

L’acteur bien connu des québécois et grand fan du Canadien depuis toujours; Claude Legault, a effectué une attaque en règle contre la haute direction du tricolore alors qu’il était questionné sur l’état actuel de son équipe favorite par Catherine Beauchamp, en plein tapis rouge de la première du film «Junior majeur», film qui traite justement de hockey. Il a offert une réponse franche, inattendue, et surtout non censurée, tellement que la chroniqueuse culturelle et l’animateur de l’émission matinale de fin-de-semaine au 98,5 FM ont du avertir les auditeurs du contenu cru qu’ils s’apprêtaient à leur faire entendre en ce samedi matin habituellement un peu tôt pour ce genre de propos.

Au départ, Legault s’en ai pris au directeur général Marc Bergevin: «J’avais confiance en ce gars-là un moment donné, mais depuis les ¨moves¨ qu’il a fait depuis une année et demie, il a perdu cinq presque six défenseurs de son alignement régulier. Y’a pas signé Markov, un gars qui a passé toute sa vie ici…il l’a laissé partir comme un malpropre. Radulov; on l’avait le gars qui marquait des buts, il l’a laissé partir aussi, pis y’a tout mis son argent sur une ¨christie¨ de paire de pads…» a dit l’acteur faisant référence au contrat de 10 ans de Carey Price signé cet été. «On est foutu pour, je te dirais, au-dessus de dix ans avec ça!» A dit Legault visiblement amer.

Mais l’acteur n’avait pas terminé son analyse. Visiblement désabusé de la performance de son équipe et surtout du mouvement de personnel effectué depuis quelques années. Il s'est alors attaqué à celui qui occupe le poste le plus élevé chez le Canadien: «Le ménage, c’est au deuxième qu’il faut le faire» a-t-il dit: «Puis Molson, avant y’avait un président, il s’est nommé président. Il devrait lâcher ça, parce que je pense qu’il connait rien là dedans. Il devrait mettre un vrai président, avec son directeur gérant, pis s’enlever de d’là.« Puis il a offert un message très direct au au président et chef de la direction du club de hockey des Canadiens de Montréal: Va gérer ta bière pis tes immeubles que t’achète partout là, criss, c’est pas tes affaires le hockey, ça parait là…tout le monde est en tabarnak…on le voyait au début de l’été, on disait ¨quessé¨ qui va arriver avec cette équipe là, ça va être pourrie, et c’est pourrie!» A dit Legault, manifestement en colère!

Wow! On a pas fini d'entendre parler de cette sortie spectaculaire et d'en mesurer les répercussions dans l'imaginaire collectif des nombreux fans du CH qui se reconnaitront possiblement en masse dans la montée verbale de cet acteur très respectée des québécois qui a peut-être seulement dit tout haut ce beaucoup de partisans pensent, tout bas.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Week-end Extra» avec Mathieu Beaumont le 25 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

02:28

13092

Retour des Nordiques: La relation très «étroite» entre Bettman vs Mulroney est un signe assez positif selon Philippe Cantin
Publié il y a 12 mois

27571

Beaucoup de discussions de corridor et d’analyses sont ressorties de la visite du commissaire Gary Bettman à Montréal en fin-de-semaine en marge des fêtes du centenaire de la Ligue Nationale de Hockey. Et, étrangement, on a parlé beaucoup du retour éventuel des Nordiques lors de cette rencontre, heureusement pour le Canadien qui souhaite surtout se faire oublier dans ce début de saison pour le moins désastreux.

Philippe Cantin, journaliste sportif à La Presse, a suivi de près les discussions qui ont eu lieu entre Gary Bettman et les journalistes présents durant le week-end, et n’a pas manqué de souligner quelque chose que peu ont remarqué, soit la très bonne relation qui semble s’être installée entre Brian Mulroney, ancien Premier Ministre du Canada et président du conseil d’administration de Québecor inc., et le commissaire de la LNH qui l'a justement souligné dans une réponse donnée sur une question par rapport au retour d’une équipe majeure à Québec: «Et j’ai aussi une bonne relation avec l’ancien Premier Ministre Mulroney qui me répète régulièrement de ne pas l’oublier…» a dit Bettman, pour souligner subtilement que quelqu’un d’autre que les fans des Nordiques et les journalistes s’occupait du dossier de Québec dans les bureaux de la LNH.

Entendu sur les ondes de FM93 à Québec dans l'émission Bouchard en parle avec Jean-Simon Bui et Pierre «Vez» Vézina le 20 novembre 2017 (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

01:39

399

L'aide gouvernementale pour la survie des journaux. Jeff Fillion parle avec une porte-parole de la FNC-CSN.
Publié il y a 12 mois

27570

Des mesures d’urgence dont réclamées d'Ottawa pour sauver la presse écrite. «Il faut stopper l'hémorragie» clament la CSN et la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) appuyées par un groupe de personnalités et d'organisations québécoises qui vont de Alexandre Taillefer au Conseil du patronat, en passant par l'économiste Jean-Martin Aussant, l'Union des artistes et le conteur Fred Pellerin.

Dans son émission ce midi, Jeff Fillion a accueilli Pascale St-Onge, présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), pour parler de la situation. Les deux ont définitivement une vision pas mal opposée de la problématique, mais se rejoignent pour ce qui est de la réalité du changement profond que subissent les médias traditionnels face aux nouvelles réalités médiatiques d’aujourd’hui.

«Le Québec et le Canada, contrairement à la plupart des pays européens notamment, n’accordent présentement à peu près aucun soutien à la presse quotidienne et aux médias de la presse écrite, donc c’est pas comme si c’était une aberration dans une société démocratique de penser qu’on peut soutenir à partir de fonds publics des médias. Maintenant l’important est d’instaurer des façons de faire qui protègent cette indépendance journalistique là» à expliqué Mme St-Onge.

«Moi le bug c’est que le monde des médias dans lequel on est actuellement, le monde traditionnel, c’est un milieu de gauche qui nous offre à peu près toujours la même affaire. Il ‘y a pas de diversité d’opinion…même que vous perdez beaucoup de monde qui ne vous suivent plus, parce qu'on dirait que je sais pas, surtout depuis que Trump est arrivé, on dirait que le jupon dépassait un peu avant, mais là c’est clair qui est de tel côté, ça les gens commencent à avoir de la difficulté avec ça, et aider on le fait déjà avec Radio-Canada qui est déjà très à gauche. Aider des entreprises ou il n’y a pas de diversité d’opinion, c’est là ou il y a de la résistance, on est tanné de voir que les médias se ressemblent pas mal tous… » à répliqué Jeff Fillion.

Entendu dans FILLION avec Jeff Fillion à CHOI Radio X à Québec. Le 20 novembre 2017. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

17:56

201

Écoutez le maire le plus divertissant de tout le Québec!
Publié il y a 12 mois

27545

La plupart des gens reconnaissent que le maire de Québec Régis Labeaume est très coloré, que celui de Trois-Rivières Yves Lévesques serait très intéressant à pour parler avec autour d’une bière et que l’ex-maire de Montréal Denis Coderre est surement de bonne compagnie pour regarder un match de balle. Mais le maire à qui revient la palme du divertissement est surement le maire de Louiseville Yvon Deshaies. Il l’a encore démontré cette semaine alors qu’il était l’invité de Robert Pilotte à l’émission Midi Plus sur les ondes du 106,9 FM en Mauricie,

Ce maire, qui a obtenu l'appui de 65 % de ces citoyens lors de l’élection du 5 novembre dernier pour ainsi obtenir un deuxième mandat consécutif à la tête de Louiseville, est reconnu pour sa grande franchise. Appelé à parler en ondes de son nouveau conseil de ville qui l’a «invité à la prudence», faisant référence au fait qu’il aimait bien s’exprimer justement sur tous les sujets dans les médias et sur la place publique, le premier magistrat de la ville a plutôt expliqué sa philosophie en fait de communication: «J’ai dit à un conseiller, toi la, si jamais tu fais une sortie et que t’aimes ¨Chin One One¨, le président de la Corée du Nord, m’a te respecter, mais met moi pas dans le bateau. Pis si tu l’invites ici à Louiseville, moi je serai pas présent, c’est ça qu’on s’est dit» a déclaré le maire à l’animateur, qui avait du mal à contenir son sourire.

Dans un deuxième temps, Dehais est reconnu pour possiblement avoir été le seul maire québécois à avoir appuyé publiquement Donald Trump lors des élections présidentielles américaines de 2016. Il lui avait même écrit une lettre suite à sa victoire! «You are a winner» lui avait-il fait savoir dans une missive rédigée en anglais avec l'en-tête officiel de la ville. Il lui mentionne d'ailleurs «qu'il l'a défendu dans les médias locaux». (Source: Le Journal de Montréal 11 novembre 2016). Le maire a changé un peu son discours là-dessus: «encore dernièrement, on me dit Monsieur Le maire, Donald Trump vous as-tu écrit? Savez-vous ce que je leur réponds maintenant? Non, Donald Trump là, y’a pas à m’écrire, il faudrait qu’il atterrisse son Air Force One à Montréal, on va aller le chercher pis faut que j’y parle parce qu’y’est dans marde, c’est ça je dis….» A débité le coloré personnage au micro du 106,9 FM.

Avant de terminer son entrevue, et sans qu’on lui demande, Deshais a voulu s’exprimer sur le cas de cette jeune mère témoin de Jéhovah décédée après avoir refusé une transfusion sanguine à l’Hôtel-Dieu de Lévis dans les derniers jours. Il était décontenancé de la situation, et a donné un exemple pour appuyer ses dires: «je suis après pensé si je me partirais pas une nouvelle religion, ça s’appellerait Hola Bella, pis dans ma religion je dirais, aussitôt qu’on est ben malade qu’on veut mourir, piquez-moi, c’est dans ma religion, tsé» a-t-il imagé. Souhaitant démontrer l’absurdité, selon lui, de la situation de la jeune fille qui en pleine santé ne pouvait recevoir de transfusion sanguine due à ses croyances religieuses. «On est rendu dans un monde de fou là» a conclut Deshais qui, faisant abstraction des conseils de son entourage, ne s’est nullement assagit et s’exprime toujours avec la plus grande des libertés.

Entendu dans Midi Plus avec Robert Pilotte au 106,9 FM en Mauricie le 15 novembre 2017. (COGECO).


Le1069RE Le1069RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

05:49

307

Québec: Les utilisateurs des ponts risquent de «payer» pour la grève des ingénieurs du gouvernement jeudi!
Publié il y a environ un an

27533

Marc-André Martin, président de l’association professionnelle des ingénieurs du gouvernement, était dans les studios de CHOI Radio X ce matin pour parler des problèmes majeurs de circulation à prévoir dus à des inspections qui seront faites sur le pont Risi, sturcture qui relie la rivière Chaudière au Pont Pierre-Laporte, dès ce jeudi suite au conflit actuel entre le gouvernement et leurs ingénieurs. Le ministre des Transports André Fortin a déclaré ceci à ce sujet: «On demande aux citoyens de penser à leurs déplacements ces jours-là, de prévoir en conséquence, de travailler à la maison s’ils le peuvent». Il semble que les deux parties se lancent la balle dans ce dossier au détriment des citoyens utilisateurs de la route: «C’est une grosse job de relation publique, et nous on embarque pas là-dedans» a dit Martin au micro de Dominic Maurais.

L’ingénieur a aussi parlé de l’état du pont de l’île d’Orléans et du Pont de Québec qui ont atteint la fin de leur vie utile selon lui, et il a aussi fait réaliser autre chose sur un autre pont bien connu des gens de Québec: «Lorsque vous avez parlé du troisième lien, c’est bien que vous en parliez, parce que le pont Laporte, on pense que c’est un pont neuf, mais il arrive à peu près à la moitié de sa vie utile» a-t-il déclaré. Constatant ce fait, l’ingénieur a dit qu’un troisième lien était un «choix intelligent», et que c’était «un enjeu politique».

Entendu dans Maurais Live à CHOI Radio X 98,1 le 13 novembre 2017. (RNC MÉDIAS)


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

07:51

151

logo radioego

radioego.com