Résultat pour: #CHOI

Le silence de Carey suite à la sortie d'Angela inquiète Michel Villeneuve: «Ça veux-tu dire qu'il est pas d'accord?»
Publié il y a 1 jour

27580

Le chroniqueur sportif de COGECO Michel Villeneuve et l’animatrice Catherine Gaudreault trouvent le silence de Carey Price troublant ces jours-ci, surtout suite à la publication Instagram d'Angela, la femme du gardien de but, qui a fait taire les rumeurs de problèmes possibles entre elle et son mari après une rumeur dévoilée en ondes par Réjean Tremblay sur les ondes de CHOI Radio X cette semaine qui disait le contraire. Villeneuve explique mal la réaction du numéro 31 du Canadien.

«Dans une situation qui était comme celle-là, la différence avec P.K. Subban, c’est madame qui s’est lancée à sa rescousse. Carey, avec le statut qu’il a, y’avait juste à dire: ¨écoutez là, j’étais blessé, toutes les rumeurs à mon sujet sont fausses, j’aime mon épouse et mon épouse m’aime, on forme un bon couple et il n’est pas question qu’on quitte Montréal, et il est pas question qu’on divorce un point c’est tout!¨. Mais la, plutôt que de dire la vérité, si c’est la vérité entendons-nous, c’est madame qui fait la job» a ironisé Villeneuve, ce qui contribue à semer le doute sur la situation actuelle de Price avec l'équipe. Le gardien par ailleurs devrait faire un retour au jeu cette semaine, toujours selon des rumeurs...

Entendu dans Que la Mauricie se lève avec Catherine Gaudreault au 106,9 FM Mauricie. Le 22 novembre 2017. (COGECO).


Le1069RE Le1069RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

01:24

690

Carey Price: «Quand j'ai vu l'Instagram hier soir, je suis dit: yes, c'est ça l'histoire» —Jeff Fillion
Publié il y a 2 jours

27577

Sur sa radio internet JeffFIllion.com ce matin, l'animateur a parlé de la rumeur lancée par Réjean Tremblay sur les ondes de CHOI Radio X hier. Une rumeur qui a rapidement fait le tour du web et qui a même poussé la femme du gardien du Canadien à démentir la rumeur sur son compte Instagram dans la soirée! (@byangelaprice)

Rappelons ce qu’a dit le chroniqueur du journal de Montréal à l’émission de Maurais Live mardi: «sa femme a dit: on sort de Montréal ou on divorce»

Donc en revenant sur le sujet ce matin, Fillion a dit qu’au départ, il ne trouvait pas ça sérieux, parce que c’est Carey Price: «c'est pas un gars qui laisse transparaître beaucoup de chose» a-t-il, et qu'il y avait selon lui: «zéro matière là-dedans fondé» en parlant de l'histoire de Réjean Tremblay. mais il a rajouté: «Quand j’ai vu l’Instagram hier soir, je me suis dit, yes c’est ça l’histoire» parce que «le fait qu'elle se justifie, ça les condamnent» a analysé Fillion, flanqué de ses co-animateurs Gerry et Nick.

Entendu à JeffFillion.com avec Jeff Fillion. Le 21 novembre 2017.


RPRE RPRE
Membre depuis il y a environ 2 ans

04:13

1005

Vie privée des joueurs du CH: Enrico Ciccone ramasse Réjean Tremblay qui se défend énergiquement!
Publié il y a 3 jours

27576

Suite à la tempête occasionnée par les paroles de Réjean Tremblay dans son intervention d'hier à CHOI Radio X (Québec) qui a raconté une rumeur sur la vie privée de Carey Price qui est devenue rapidement virale, puis à son article «L’omertà du CH nuit à Price» publié ce matin dans le journal de Montréal qui semble contredire ces propos, le co-animateur de l'émission «du sport le matin»; Enrico Ciccone, l’attendait avec «une brique et un fanal» sur les ondes du 91,9 SPORTS tôt ce matin.

«La rumeur c’est; sa femme a dit ¨on sort de Montréal ou on divorce¨» —Réjean Tremblay (20 novembre 2017, CHOI Radio X)

Les propos de Réjean, même si tout avait été clairement lancé comme une rumeur, ont fait des vagues même qu'il a fallu qu’Angela, la femme de Carey Price, fasse une publication sur son compte Instagram pour souligner qu’elle n’avait pas «menacé» de divorcer son mari, mais qu'elle trouvait toutefois les rumeurs très divertissantes. Comme quoi, le sens de l'humour est toujours présent chez les Price, malgré tout.

Dès le départ, Enrico a tenu à souligner les contradictions de Réjean ce matin: «Tabarouette du dis pas les mêmes affaires là-bas qu’ici» lui a-t-il lancé, ce qui a mis le feu à la conversation immédiatement: «Elle, excuse-moi donc toé, tu travailles pour quel bord dans vie? Les anciens canadiens ou bien avec 91.9?» Lui a répliqué Tremblay, débordant de confiance. La bataille était engagée! Les deux belligérants se sont échangés les mots durant toute la durée de la rencontre sans interruption. À l'enjeu? La vie privée des athlètes versus les cachettes du Canadien avec au beau milieu le droit des partisans de «tout savoir». Qui est sortit vainqueur? À vous de sortir vos cartes de pointage après avoir savouré ce moment délicieux de radio ci-bas.

Entendu sur les ondes de 91,9 SPORTS à Montréal dans l'émission Du sport le matin avec Michel Langevin et Enrico Ciccone le 21 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a environ 2 ans

19:00

4813

CH en déroute: «Faut être jugé sur les gestes qu’on pose et sur les résultats de l’équipe» —Serge Savard
Publié il y a 3 jours

27572

Un des plus grand défenseur de l’histoire du Canadien et le dernier directeur général de l'équipe a avoir remporté une Coupe Stanley; Serge Savard, était l’invité de Mario Langlois hier à l’émission Les Amateurs de Sports au 98,5 FM. Il a parlé très ouvertement de la situation actuelle du tricolore, une situation qui inquiète beaucoup ceux qui suivent les activités de l'équipe depuis le début de la saison.

10 phrases marquantes de la rencontre entre Serge Savard et Mario Langlois:

1- «J’ai toujours dis que les Nordiques nous ont rendu meilleurs comme organisation parce qu’ils nous ont fait travailler deux fois plus fort»

2- «J’ai gagné deux Coupes Stanley comme gérant générale et je me suis fait congédier après 4 matchs en début de saison»

3- «Carey Price, pendant des années, l’organisation s’est pourfendu à dire qu’il était le meilleur gardien de la planète, pis on l’a payé 10 millions par année, pis aujourd’hui, ben, c’est comme si on savait rien, tu sais, je commence à être tanné, bas du corps, haut du corps, on est pas au courant de rien, je pense que le monde mérite d’être informé…»

4- «En 1986… je me suis aperçu qu’il y avait une rébellion à l’intérieur du club, tout le monde voulait la tête de Jean Perron, je me suis assis avec 8 ou 9 de mes vétérans… pis je leur ai dit qu’ils étaient pas question de mettre Jean Perron à la porte pis que c’était à eux autres de décider si ils voulaient jouer ou pas jouer ou qu’ils s’en aillent chez-eux…plus tard on a gagné la Coupe Stanley»

5- «Il se passe des choses…il faut identifier le problème et après ça, il faut le régler!»

6- «Cette année, on avait deux gars là, nos deux meilleurs joueurs de l’équipe l’an passée, y’en a un qui s’appelait Markov, pis l’autre Radulov, ces deux-là voulaient jouer à Montréal pis on a réussi à les faire signer ailleurs…»

7- «Un moment donnée, tu peux pas reconstruire une défensive en une fin-de-semaine là…»

8- «Le monde ont le droit de huer…c’est eux autres qui paient pour entrer pis qui reçoivent une augmentation sur leurs billets de saison»

9- Concernant la direction: «Ils ont tous des contrats jusqu’en 2022, c’est fatiguant la…»

10- «Quand on a envoyé Subban qu’est-ce qu’on a dit? ¨On a besoin de leadership y’a pas de leader sur cette équipe là¨. Moi je me rappelle que Subban avait battu les Bruins de Boston presqu’à lui seul dans une série, mais on a été chercher Weber, j’ai rien contre Weber, on était sensé faire un pas en avant, pis d’être de beaucoup supérieur, pis d’aller chercher un leadership qu’on avait pas, ben ça s’est pas matérialisé là…Weber, Canadien est pris avec un contrat de 16-17 millions par année»

11- «Ce que j’ai pas aimé… quand un recruteur dit, c’était pas mon choix parce que ça s’est avéré un mauvais choix, je trouve ça cheap shot un peu»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission Les Amateurs de Sports avec Mario Langlois le 20 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

23:03

607

L'aide gouvernementale pour la survie des journaux. Jeff Fillion parle avec une porte-parole de la FNC-CSN.
Publié il y a 4 jours

27570

Des mesures d’urgence dont réclamées d'Ottawa pour sauver la presse écrite. «Il faut stopper l'hémorragie» clament la CSN et la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) appuyées par un groupe de personnalités et d'organisations québécoises qui vont de Alexandre Taillefer au Conseil du patronat, en passant par l'économiste Jean-Martin Aussant, l'Union des artistes et le conteur Fred Pellerin.

Dans son émission ce midi, Jeff Fillion a accueilli Pascale St-Onge, présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), pour parler de la situation. Les deux ont définitivement une vision pas mal opposée de la problématique, mais se rejoignent pour ce qui est de la réalité du changement profond que subissent les médias traditionnels face aux nouvelles réalités médiatiques d’aujourd’hui.

«Le Québec et le Canada, contrairement à la plupart des pays européens notamment, n’accordent présentement à peu près aucun soutien à la presse quotidienne et aux médias de la presse écrite, donc c’est pas comme si c’était une aberration dans une société démocratique de penser qu’on peut soutenir à partir de fonds publics des médias. Maintenant l’important est d’instaurer des façons de faire qui protègent cette indépendance journalistique là» à expliqué Mme St-Onge.

«Moi le bug c’est que le monde des médias dans lequel on est actuellement, le monde traditionnel, c’est un milieu de gauche qui nous offre à peu près toujours la même affaire. Il ‘y a pas de diversité d’opinion…même que vous perdez beaucoup de monde qui ne vous suivent plus, parce qu'on dirait que je sais pas, surtout depuis que Trump est arrivé, on dirait que le jupon dépassait un peu avant, mais là c’est clair qui est de tel côté, ça les gens commencent à avoir de la difficulté avec ça, et aider on le fait déjà avec Radio-Canada qui est déjà très à gauche. Aider des entreprises ou il n’y a pas de diversité d’opinion, c’est là ou il y a de la résistance, on est tanné de voir que les médias se ressemblent pas mal tous… » à répliqué Jeff Fillion.

Entendu dans FILLION avec Jeff Fillion à CHOI Radio X à Québec. Le 20 novembre 2017. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

17:56

173

Carey Price: «La rumeur c’est; sa femme a dit ¨on sort de Montréal ou on divorce¨» —Réjean Tremblay
Publié il y a 4 jours

27569

Invité de CHOI Radio X ce matin, le célèbre chroniqueur Réjean Tremblay en avait long à dire sur la situation actuelle qui prévaut chez le Canadien de Montréal alors qu'ils connaissent un début de saison désastreux. Il a entre autres parlé des joueurs que la tricolore a perdu durant la saison morte et des rumeurs qui courent sur le cas de Carey Price. Il a eu aussi son mot à dire sur quelques membres de la direction.

10 citations de Réjean Tremblay sur le Canadien:

1- «Je trouve les médias bonasses, bonasses, bonasses, j’en reviens pas!»

2- «Tu fais pas juste perdre, tu te fais défoncer, t’as l’air d’une bande de tatas…» (En parlant du match comme Toronto)

3- «Comment ça se fait que personne pose la question à Bergevin: Comment t’as réfléchi quand t’a laissé partir Andrei Markov qui était le meilleur joueur de défense de cette équipe depuis 15 ans…et encore l’année passée?»

4- «Des gars qui étaient nuls ou moyens ou médiocres ailleurs, pourquoi que rendu avec le Canadien ils seraient bons?»

5- «Trevor Timmins là, comment ça se fait qu’à peu près tout le monde réalisent que depuis 10 ans que c’est nul à chier?… Y’est encore là avec sa petite maudite face...»

6- «Le plan quinquennal de Bergevin on y arrive là, le club de cette année, c’est son équipe!. »

7- «On es-tu d’accord pour dire que c’est abominable la défense?»

8- «Jean-Jacques Daigneault, ça fait au moins 4 ans qu’il est là, y’a pas un journaliste qui lui a posé une question!»

9- Sur P.K. Subban: «Les autres voulaient pas jouer avec…mais il était au mariage de Markov...»

10- Et Réjean a terminé son entretien sur une pointe d'humour: «Gary Bettman a déclaré: On peut pas donner un club de hockey à Québec, Montréal pourrait en demander un… »

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec dans l’émission Maurais Live avec Dominic Maurais et Jean-Christophe «Jean-Clôde» Ouellet le 20 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

14:43

7085

Laraque fait un bilan de l’échange: «Drouin n’est pas un joueur de centre…Sergachev n’aurait pas 14 points à Montréal»
Publié il y a 6 jours

27564

Invité à CHOI Radio X ce matin, Georges Laraque a fait un bilan de l’échange qui a permis au Canadien de mettre la main en juin dernier sur Jonathan Drouin en provenance du Lightning de Tampa Bay en retour d’un de leur meilleur prospect en défensive, le russe de 19 ans Mikhail Sergachev.

Suite aux critiques subies par Drouin depuis quelques matchs, Georges a tenu à revenir sur la transaction: «Moi pour vrai si l’échange était à refaire je ferais la même chose…La seule chose, c’est que c’est pas un joueur de centre [Drouin]. À Tampa, les 53 points qu’il a eu c’est à l’aile. Là, parce qu’on a pas de centre à Montréal, on le met au centre pis c’est pas un joueur de centre, pis on le limite énormément» a analysé Laraque qui en a profité pour louangé le nouveau venu de 22 ans du CH: «Mais c’est tout un joueur, il est rapide, il veut gagner, je l’adore pis tout ça, mais il est pas dans la bonne position» pense l’ex-dur à cuire de la LNH pour expliquer les statistiques du numéro 92 du tricolore.

Concernant le défenseur que le Lightning a obtenu en retour de Drouin, Laraque s’emballe peu malgré ses bonnes statistiques depuis le début de l’année (5 buts-9 passes et +9): «Sergachev, y’a plein de gens qui disent: ¨Aaaah à Montréal on aurait pu le garder¨, une chose que je vous garantie, c’est que si Sergachev jouait à Montréal il n’aurait pas 14 points…regarde la profondeur de Tampa Bay,,,il est dans une équipe de rêve…il joue avec Hedman, il est sur le power play…Kutcherov, Stamkos, cette équipe là y’ont deux défaites cette année là» a dit Laraque pour expliquer le bon début de saison du défenseur. «Prend Petrin [Jeff Petry] avec le Canadien de Montréal et met-le là…il va gagner le Norris là» a imagé l’animateur du 91,9 SPORTS.

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 Québec dans Le show du matin week-end avec Alex Leblond le 18 novembre 2017 (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:43

283

Bettman s'adresse aux gens de Québec pour la première fois depuis très longtemps!
Publié il y a 7 jours

27561

Le commissaire de la LNH est à Montréal ces jours-ci pour une réunion des 31 gouverneurs de sa ligue. Aujourd’hui, il était l'invité de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Questionné si il projetait une autre expansion bientôt, M. Bettman a répondu que la Ligue «digère toujours l'arrivée de sa 31e concession», en parlant de celle de Vegas, et ne compte pas y aller d'une nouvelle expansion par souci de symétrie entre ses deux associations. Rappelons que pour l'instant, l'Est compte 16 clubs comparativement à 15 dans l'Ouest.

Jeremy FIlosa de Cogeco était sur place et a ramené des réponses que Gary Bettman lui a donné suite à la question suivante qu'il lui a posé: «Mr. Bettman, avant la construction du Centre Vidéotron, vous avez répété à plusieurs reprises aux amateurs de hockey de Québec que ça prenait un building, (répété trois fois), vous l’avez dit à plusieurs reprises, et là, les contribuables, qui sont des gens qui aiment le hockey, ont payé pour cet édifice là parce qu’ils avaient l’espoir que le hockey allait revenir. La, il y a un édifice en place qui n’est pas rentable, parce qu’il y a pas d’équipe dedans, pis vous semblez pas vous en inquiéter, qu’est-ce que vous pensez de cela?». Le commissaire de la ligue a donné sa réponse, évidemment un peu évasive comme toujours, mais la voici quand même: «Nous n’avons jamais dit qu’ils avaient besoin d’un édifice (répété trois fois), c’était après qu’ils soient partis, et nous expliquions pourquoi l’équipe était partis! Une fois que l’équipe est partie, la ville et la province ont choisi de construire un édifice, et nous leur avons dit à toutes les étapes que nous ne vous promettions pas une équipe. Si vous construisez un édifice, vous avez besoin de le construire avec la compréhension que vous pourriez jamais ne ravoir d’équipe… ça ne veut pas dire que vous n’aurez jamais d’équipe, ça veut dire que nous ne nous sommes aucunement engagés, et je suis extrêmement confortable avec ce que j’ai dit, on la répété très souvent…» a dit le commissaire toujours très sur de lui.

En ondes avec Ève-Marie Lortie du FM93, FIlosa a été critique envers la réponse de Bettman: «moi ce qui me dérange là-dedans est qu’il dit ¨ah on a pas fait de promesse¨, c’est pas une question de promesse, quant du utilises l’argent des contribuables, soit clair net et concis, dis-leur pas: ¨ah peut-être peut-être pas, on verra¨. Si ça t’intéresse pas le marché de Québec là, dis-le clairement» a dit Filosa, visiblement agacé par les façons de faire de Bettman.

Entendu sur les ondes du FM93 à Québec dans l’émission «Le Retour du FM93» avec Ève-Marie Lortie le 17 novembre 2017 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

02:53

268

Légalisation du cannabis: «Non, non, l’état ne veut pas faire de l’argent avec ça» dit la ministre Charlebois
Publié il y a 7 jours

27554

C’est aujourd’hui que le projet de loi encadrant la vente et la consommation du cannabis a été déposé et la ministre Lucie Charlebois était l'invitée de CHOI Radio X pour parler de ce qu’il contenait.

Il y aura au départ 15 succursales pour desservir le territoire québécois sous la bannière de la Société Québécoise du Cannabis (SQC), (en comparaison, il y a 400 SAQ). «La mission de la SQC ne sera pas la même que la Société des alcools, il est clair que tous les objectifs de la Société québécoise du cannabis n’est pas de faire de l’argent mais bien de faire la vente de façon responsable et de s’assurer que nous informions la population que nous faisons de la prévention…» a prévenu la ministre qui a aussi dévoilé qu’il n’y aura pas que la SQC comme point de vente mais d’autre endroits aussi qui seront expérimentés ainsi que la vente en ligne qui sera développée.

«Pourquoi on a pas confier ça à des gens qui sont déjà dans le commerce comme Couche Tard par exemple qui avait levé la main et qui était intéressé, et qui ont peut-être le sens de la business de dire ben la clientèle existe déjà, parce que moi ça me rentre pas dans la tête, je peux pas croire qu’on ne veut pas faire de l’argent avec la légalisation du cannabis je pensais que c’était le nerf de la guerre moi…» a dit l’animateur Denis Gravel, surpris des propos de la ministre Charlebois qui a aussitôt répondu: «Non, non, l’état ne veux pas faire de l’argent, en tout cas la province de Québec c’est pas ce qu’on souhaite, ce qu’on souhaite c’est d'avoir le contrôle sur notre environnement de vente, ce qu’on veut c’est dé-banaliser le produit, on veut contrôler l’accès au produit...».

«Eille, ça va couter une beurrée, pour rendre légal un produit qui l’est déjà, c’est-à-dire qui est toléré, on s’en va ou avec ça là?» S’est demandé l’animateur et son équipe suite à l'entrevueavec la ministre.

Quelques faits sur le projet de loi:

La Société québécoise du cannabis sera créée par Québec

Interdiction pour les mineurs d’acheter, de posséder et de consommer du cannabis

Un adulte peut garder 150 grammes de cannabis à son domicile ou 30 grammes sur lui

Interdiction de cultiver du cannabis à des fins personnelles 

Interdiction de fumer ou de vapoter du cannabis dans les cégeps et les universités

Imposition de limites en matière de promotion ou de publicités relatives au cannabis 

Tolérance zéro pour tous les conducteurs

Entendu sur les ondes de CHOI Radio X 98,1 à Québec dans l’émission Gravel dans le retour avec Denis Gravel. Véronique Bergeron et Jean-Francis Blais le 16 novembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

30:14

115

La journaliste Isabelle Hachey de La Presse explique sa démarche pour démasquer Jean-Claude «Giovanni» Apollo.
Publié il y a 8 jours

27553

Isabelle Hachey, de La Presse +, qui a travaillé sur le dossier de Giovanni Apollo, s’est entretenue ce matin avec plusieurs médias aujourd'hui pour parler de son texte et de sa démarche journalistique. Voici l’une de ces rencontres avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau à CHOI Radio X.

«Moi je l’avoue je suis un foodies» a dit dès le départ Martineau: «puis je suis de très près ce qui se passe dans le milieu de la cuisine, à Montréal à Québec, je connais certains chefs et tout, ça fait longtemps que ça circulé dans le milieu que Giovanni Apollo est un mythomane, moi j’ai entendu ça à gauche et à droite» a ajouté Martineau «Moi je ne connaissais même pas Mr. Apollo avant deux semaines quand les allégations de harcèlement sexuel sont sorties à l’antenne de Radio-Canada. C’est un lecteur qui m’a dit; vous devriez fouiller ça et là, en fouillant et en appelant des gens qui l’avaient côtoyé, je me suis rendus compte qu’effectivement ça courait depuis très longtemps dans le milieu» a affirmé Hachey.

Puis la journaliste a parlé de sa démarche journalistique pour découvrir la série d’anomalies trouvées dans le parcours du chef québécois. Elle a aussi parlé de sa rencontre avec Apollo, alors, qu'avec son dossier bien étoffée en main, elle voulait le confronter pour avoir ses explications: «Moi j’avais fait plusieurs entrevues avec des gens avant qui m’ont dit que M. Apollo il pouvait être très agressif donc je m’attendais à tout là…je ne savais pas ce qui pouvait se passer» a dit la journaliste qui a finalement avoué que tout s’était bien déroulé. «Il a été très poli, il a répondu à mes questions…en gros, ce qu’il a dit c’est que, on l’avait mal compris pendant toutes ces années-là, en général, tous les journalistes qui ont évoqué son passée se sont fourvoyés» a-t-elle dit pour évoquer l'état d'esprit du cuisinier.

Entendu dans Martineau-Trudeau avec Richard Martineau et Jonathan Trudeau à CHOI Radio X à Québec. Le 16 novembre 2017. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a presque 3 ans

17:07

736

logo radioego

radioego.com