Résultat pour: #TRUMP

200 000 Salvadoriens devront quitter les USA avant 2019: Le Canada n'est pas prêt à les accueillir disent les douaniers
Publié il y a 5 mois

27719

Une nouvelle vague de migrants pourrait se présenter aux frontières canadiennes très bientôt avec l'expiration prochaine de visas temporaires de 200 000 Salvadoriens installés aux États-Unis qui ont reçu l'ordre de la part de l'administration Trump de quitter les Etats-Unis avant 2019.

Éric Duhaime et Myriam Ségal ont parlé avec le président national des douanes et de l'immigration Jean-Pierre Fortin pour vérifier si ses troupes étaient prêtes à faire face à la situation. «Selon le gouvernement oui, mais selon mon opinion non» a-t-il dit tout en ajoutant: «Le 31 décembre il en ait passé 127...à l'heure actuelle on traite encore les dossiers de l'été dernier» a dit Fortin pour illustrer le manque flagrant de ressources chez les douaniers, situation qui ne semble pas prête de se régler.

Entendu sur les ondes de FM93 à Québec dans l'émission Duhaime-Ségal le Midi le 9 janvier 2018 (COGECO).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

12:12

58

«À titre de psychiatre, j'ai encore rien vu qui m'inquiète concernant son état mental»  —Doc Mailloux à propos de Donald Trump
Publié il y a 5 mois

27716

Pour son grand retour en ondes ce matin après une bronchite interminable et les vacances des fêtes, le Doc Mailloux s'est attaqué à ceux qui critiquent le président américain.

Le Doc n'a jamais caché sa sympathie envers le président américain Donald Trump et ce matin, il a profité de son retour en ondes pour pourfendre ses détracteurs: «Tous ces ¨nobodys¨ qui hurlent à la maladie mentale chez Trump c'est gênant, comme psychiatre, je suis embarrassé» a dit le célèbre animateur. «Et en plus, le parti démocrate qui s'en va solliciter un psychiatre pour qu'il passe ses impressions sur Trump ne l'ayant jamais évalué, c'est épouvantable ça» a ajouté celui qui dit être le seul à n'avoir encore rien décelé d'inquiétant chez le président actuel des États-Unis: «Et je suis psychiatre!» a-t-il conclut pour donner davantage de crédibilité à ses propos.

Entendu dans Que la Mauricie se lève avec Catherine Gaudreault au 106,9 FM Mauricie. Le 8 janvier 2018. (COGECO).


Le1069RE Le1069RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

16:45

1121

Une année 2017 à saveur d'intolérance selon Influence Communication
Publié il y a 5 mois

27675

Jean-François Dumas était de passage dans l'émission du retour du FM93 pour dévoiler le bilan d’actualités d'Influence Communication pour l’année 2017 dans les médias.

L’année médiatique 2017 en 10 points:

1- Le mot clé pour l’année 2017 dans les médias fut «intolérance» qui succède à «peur» pour l'année 2016.

2- Il y a eu 20% moins de sujets reliés au Canadiens de Montréal cette année.

3- Dans les 50 personnes les plus médiatisées en 2017, il y a 30 joueurs et entraineurs de la LNH.

4- Dans ces 50 personnes les plus médiatisées, il n’y a que deux femmes: Hilary Clinton et Valérie Plante. (Contre 8 femmes dans le TOP 50 en 2016). (

5- Les 3 thèmes principaux abordés en 2017 furent: Sport, faits divers et politique fédérale.

6- Les québécois ont augmenté leur intérêt pour les nouvelles internationales de 51% mais 85% de celles-ci traitaient de Donald Trump.

7- 90% de ce qui s'est dit sur Donald Trump n’était pas associé à une «nouvelle» comme telle.

8- L'attentat à la mosquée de Québec représente la nouvelle qui fut le plus médiatisée depuis le début des années 2000 et c’est aussi celle qui a le plus fait rayonner (négativement) le Québec dans l’année.

9- Pour la première fois depuis une dizaine d’années, Québec a rayonné plus sur le plan touristique que Montréal.

10- Dans le TOP 3 des nouvelles les plus médiatisées, on retrouve au #3: La dernière semaine des élections municipales de novembre au Québec. Au #2 les inondations du printemps au Québec juste avant l’attaque à la mosquée de Québec au #1.

Entendu sur les ondes du FM93 à Québec dans l’émission «Le Retour du FM93» avec Ève-Marie Lortie le 13 décembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CJMF933RE CJMF933RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

14:17

53

La fois ou Donald Trump a «cruisé» la femme de Luc Robitaille dans un ascenseur...
Publié il y a 5 mois

27658

Les gars du show du matin au 91,9 SPORTS ont raconté l'histoire de Stacia, l'épouse de Luc Robitaille qui, dans les derniers jours, a écrit un tweet à propos de sa rencontre avec Donald Trump il y a quelques années dans un ascenseur à MSG, le temple des Rangers de New-York.

«J'étais une fois dans un ascenseur seule avec Donald Trump (et un homme avec lui) au Madison Square Gardens. Il était agressif et m'a dit que je m'en venait à la maison avec lui. J'ai ri, lui disant que j'étais marié à un Ranger. Il m'a garanti que mon mari ne faisait pas autant d'argent que lui» a raconté Stacia sur son compte Twitter @StaciaRR et qui a terminé son tweet avec un beau: #ThisIsOurPresident.

Entendu sur les ondes de 91,9 SPORTS à Montréal dans l'émission «Du sport le matin» avec Michel Langevin et Enrico Ciccone le 12 décembre 2017 (RNC MÉDIAS).


CKLXSPORT CKLXSPORT
Membre depuis il y a presque 3 ans

00:56

127

Couteau permis en avion: «Le monde sont pas fous à temps plein, ils savent bien qu'il y a un deal avec une communauté religieuse» —Régis Labeaume
Publié il y a 6 mois

27589

En visite à Montréal cette semaine, Régis Labeaume s’est arrêté au micro de l’émission de Paul Arcand pour parler de différents sujets qui ont marqué les dernières semaines dont sa ré-élection, les radios de Québec, le traffic grandissant dans sa ville, le retour des Nordiques, les couteaux dans les avions, Donald Trump etc…

Rappelons que Transports Canada a annoncé il y a deux semaines, qu’elle modifiait sa liste des articles interdits pour les passagers en avions (en vigueur le lundi 27 novembre). L’agence fédérale autorisera ainsi les petites lames de couteau de six centimètres ou moins pour les vols au Canada. Cela inclut les petits ciseaux et les petits couteaux suisses. Les lames de ce genre demeureront toutefois interdites pour les vols en direction des États-Unis.

Cette nouvelle n’a cessé depuis de créer des remous autant dans la population que dans le monde politique. Le maire de Québec, Régis Labeaume, a été amené à se prononcer sur le sujet lors d’un entretient avec Paul Arcand jeudi matin au 98,5 FM. Il n’a pas hésité du tout à donner une réponse qui laissait peu de place à l’interprétation: «Moi je pense que ça pas de bon sens...je veux bien respecter toutes les religions, mais je pense ça marche pas. :Le problème là-dedans, c’est quand les gouvernements posent des gestes comme ça, ils créent de la désaffection. Le niveau de confiance envers les gouvernements baissent à chaque fois, parce que le monde est pas fou, ils savent bien que ce qu’il y a en arrière de ça est un espèce de deal avec certaines communautés canadiennes, pis je respecte les communautés canadiennes qui demandent à ce qu’on respecte leurs religions, mais la religion peut pas l’emporter sur tout, parce qu’on a vu ça dans le passée quand la religion l’emportait sur des principes fondamentaux dans une communauté, dans une société, ce que ça donnait. Alors c’est juste que quand on fait ça, on diminue la confiance collective envers les gouvernements, et ça c’est mauvais, c’est extrêmement mauvais, pis après ça on se demande pourquoi les gens sont cynique t'sé…» a dit le maire qui a ensuite répété clairement ce qu’il pensait de la décision du ministre des Transports Marc Garneau: «Le monde est pas fou à temps plein, ils savent bien qu’il y a un deal avec une communauté religieuse, alors ça me désarme à chaque fois moi ces affaires-là…les politiciens sont de même, on dirait qu’ils ne veulent pas perdre un vote. Un moment donné il faut que tu acceptes dans la vie de perdre des votes, c’est de même, parce que tu as des principes fondamentaux, puis si ces principes fondamentaux là te font perdre des votes, ben c’est ça gouverner» a dit le maire, manifestement en total désaccord avec la décision du gouvernement fédéral.

Puis Labeaume a terminé avec un exemple très concret de la réalité que la population vivait en prenant un vol d’avion de nos jours: «Je peux pas être d’accord avec ça, moi quand je prend l’avion puis on me dit que mon tube de pâte à dents a plus que 100 millilitres puis que je le met dans la poubelle, je comprend, je suis les règles, je suis en maudit, faut que je m’achète de la pâte à dents en arrivant là-bas, tu sais. Mais là un couteau, je sais pas, je comprend pas là…»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 23 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

01:58

310

Labeaume chez Arcand à propos des Nordiques: «Moi je suis certain qu’ils vont venir, aucun doute, aucun doute…»
Publié il y a 6 mois

27587

En visite à Montréal cette semaine, Régis Labeaume s’est arrêté au micro de l’émission de Paul Arcand pour parler de différents sujets qui ont marqué les dernières semaines dont sa ré-élection, le traffic grandissant dans sa ville, le retour des Nordiques, les couteaux dans les avions, Donald Trump etc…

Concernant les Nordiques, Labeaume a souligné qu’il arrivait au commissaire de la LNH de faire exactement le contraire de ce qu’il disait quelques mois auparavant: «Bettman regardez, quand Atlanta est partit pour Winnipeg, alors il en a parlé deux jours avant pis il a dit complètement le contraire de ce qu’il avait dit des mois précédents…» a-t-il dit pour diminuer l'importance du discours récent du patron de la plus grosse ligue de hockey au monde.

Puis à la question si il y croyait encore (au retour des Nordiques), Labeaume na pas hésité une seconde: «Moi je suis certain qu’ils vont venir, aucun doute, aucun doute…» a-t-il affirmé. Et le maire a continué de parler de la LNH et du commissaire: «Je regarde leur business là, ça va pas si bien que ça là…au total ils vont bien, ils font beaucoup d’argent au total…mais, Bettman c’est un gars qui garde ces cartes proches de lui…il donne pas beaucoup de signe avant coureur de ce qui va arriver, mais en même temps les gouverneurs de la ligue pis les propriétaires ils l’adorent par qu’il leur font faire beaucoup d’argent, il est le roi et maitre pis c’est un homme d’affaire très intelligent...»

C’est alors qu’Arcand est revenu à la charge sur les Nordiques: «Mais là vous avez pas d’indication qu’il veut faire un transfert par exemple?» Labeaume a hésité un peu avant de répondre: «moi je suis sur qu’il va avoir un club à Québec, c’est tout ce que je peux vous dire à l’instant» a-t-il dit, sans trop se mouiller, tout en vantant les mérites du partenariat entre Québecor et la LNH concernant la retransmission des matchs à la télé.

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 23 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

01:49

422

Labeaume chez Arcand: «Les radios ont fait campagne contre moi... pis bon y'ont eu 27%»
Publié il y a 6 mois

27586

En visite à Montréal cette semaine, Régis Labeaume s’est arrêté au micro de l’émission de Paul Arcand pour parler de différents sujets qui ont marqué les dernières semaines dont sa ré-élection, le traffic grandissant dans sa ville, le retour des Nordiques, les couteaux dans les avions, Donald Trump etc…

Lorsque Paul Arcand lui a demandé quelle était son approche aux problèmes grandissants de circulation à Québec, tout en lui rappelant que les partisans de l’auto était nombreux dans la capitale, Labeaume a offert une réponse cinglante: «Les partisans de l’auto ont fait campagne, les radios ont fait campagne contre moi, pis y’ont eu 27%» a dit le maire réélu, soulignant par le fait même sa victoire sans équivoque contre ceux qui n’appuyaient pas, selon lui, son projet de transport structurant, qui rappelons-le, n’est toujours pas encore totalement défini.

Le maire a toutefois reconnu qu’il y avait beaucoup de partisans du 3e lien, «mais moi j’suis maire de Québec, mon rôle pour l’avenir de cette ville là c’est faire en sorte qu’il y ait un réseau de transport structurant pour qu’on prévoit l’avenir»

Entendu sur les ondes du 98,5 FM à Montréal dans l'émission «Puisqu’il faut se lever» avec Paul Arcand le 23 novembre 2017 (COGECO).


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

03:39

553

L'aide gouvernementale pour la survie des journaux. Jeff Fillion parle avec une porte-parole de la FNC-CSN.
Publié il y a 6 mois

27570

Des mesures d’urgence dont réclamées d'Ottawa pour sauver la presse écrite. «Il faut stopper l'hémorragie» clament la CSN et la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) appuyées par un groupe de personnalités et d'organisations québécoises qui vont de Alexandre Taillefer au Conseil du patronat, en passant par l'économiste Jean-Martin Aussant, l'Union des artistes et le conteur Fred Pellerin.

Dans son émission ce midi, Jeff Fillion a accueilli Pascale St-Onge, présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), pour parler de la situation. Les deux ont définitivement une vision pas mal opposée de la problématique, mais se rejoignent pour ce qui est de la réalité du changement profond que subissent les médias traditionnels face aux nouvelles réalités médiatiques d’aujourd’hui.

«Le Québec et le Canada, contrairement à la plupart des pays européens notamment, n’accordent présentement à peu près aucun soutien à la presse quotidienne et aux médias de la presse écrite, donc c’est pas comme si c’était une aberration dans une société démocratique de penser qu’on peut soutenir à partir de fonds publics des médias. Maintenant l’important est d’instaurer des façons de faire qui protègent cette indépendance journalistique là» à expliqué Mme St-Onge.

«Moi le bug c’est que le monde des médias dans lequel on est actuellement, le monde traditionnel, c’est un milieu de gauche qui nous offre à peu près toujours la même affaire. Il ‘y a pas de diversité d’opinion…même que vous perdez beaucoup de monde qui ne vous suivent plus, parce qu'on dirait que je sais pas, surtout depuis que Trump est arrivé, on dirait que le jupon dépassait un peu avant, mais là c’est clair qui est de tel côté, ça les gens commencent à avoir de la difficulté avec ça, et aider on le fait déjà avec Radio-Canada qui est déjà très à gauche. Aider des entreprises ou il n’y a pas de diversité d’opinion, c’est là ou il y a de la résistance, on est tanné de voir que les médias se ressemblent pas mal tous… » à répliqué Jeff Fillion.

Entendu dans FILLION avec Jeff Fillion à CHOI Radio X à Québec. Le 20 novembre 2017. (COGECO).


CHOI981RE CHOI981RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

17:56

198

Écoutez le maire le plus divertissant de tout le Québec!
Publié il y a 6 mois

27545

La plupart des gens reconnaissent que le maire de Québec Régis Labeaume est très coloré, que celui de Trois-Rivières Yves Lévesques serait très intéressant à pour parler avec autour d’une bière et que l’ex-maire de Montréal Denis Coderre est surement de bonne compagnie pour regarder un match de balle. Mais le maire à qui revient la palme du divertissement est surement le maire de Louiseville Yvon Deshaies. Il l’a encore démontré cette semaine alors qu’il était l’invité de Robert Pilotte à l’émission Midi Plus sur les ondes du 106,9 FM en Mauricie,

Ce maire, qui a obtenu l'appui de 65 % de ces citoyens lors de l’élection du 5 novembre dernier pour ainsi obtenir un deuxième mandat consécutif à la tête de Louiseville, est reconnu pour sa grande franchise. Appelé à parler en ondes de son nouveau conseil de ville qui l’a «invité à la prudence», faisant référence au fait qu’il aimait bien s’exprimer justement sur tous les sujets dans les médias et sur la place publique, le premier magistrat de la ville a plutôt expliqué sa philosophie en fait de communication: «J’ai dit à un conseiller, toi la, si jamais tu fais une sortie et que t’aimes ¨Chin One One¨, le président de la Corée du Nord, m’a te respecter, mais met moi pas dans le bateau. Pis si tu l’invites ici à Louiseville, moi je serai pas présent, c’est ça qu’on s’est dit» a déclaré le maire à l’animateur, qui avait du mal à contenir son sourire.

Dans un deuxième temps, Dehais est reconnu pour possiblement avoir été le seul maire québécois à avoir appuyé publiquement Donald Trump lors des élections présidentielles américaines de 2016. Il lui avait même écrit une lettre suite à sa victoire! «You are a winner» lui avait-il fait savoir dans une missive rédigée en anglais avec l'en-tête officiel de la ville. Il lui mentionne d'ailleurs «qu'il l'a défendu dans les médias locaux». (Source: Le Journal de Montréal 11 novembre 2016). Le maire a changé un peu son discours là-dessus: «encore dernièrement, on me dit Monsieur Le maire, Donald Trump vous as-tu écrit? Savez-vous ce que je leur réponds maintenant? Non, Donald Trump là, y’a pas à m’écrire, il faudrait qu’il atterrisse son Air Force One à Montréal, on va aller le chercher pis faut que j’y parle parce qu’y’est dans marde, c’est ça je dis….» A débité le coloré personnage au micro du 106,9 FM.

Avant de terminer son entrevue, et sans qu’on lui demande, Deshais a voulu s’exprimer sur le cas de cette jeune mère témoin de Jéhovah décédée après avoir refusé une transfusion sanguine à l’Hôtel-Dieu de Lévis dans les derniers jours. Il était décontenancé de la situation, et a donné un exemple pour appuyer ses dires: «je suis après pensé si je me partirais pas une nouvelle religion, ça s’appellerait Hola Bella, pis dans ma religion je dirais, aussitôt qu’on est ben malade qu’on veut mourir, piquez-moi, c’est dans ma religion, tsé» a-t-il imagé. Souhaitant démontrer l’absurdité, selon lui, de la situation de la jeune fille qui en pleine santé ne pouvait recevoir de transfusion sanguine due à ses croyances religieuses. «On est rendu dans un monde de fou là» a conclut Deshais qui, faisant abstraction des conseils de son entourage, ne s’est nullement assagit et s’exprime toujours avec la plus grande des libertés.

Entendu dans Midi Plus avec Robert Pilotte au 106,9 FM en Mauricie le 15 novembre 2017. (COGECO).


Le1069RE Le1069RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

05:49

302

«Je pense qu’on devrait être fiers d’être capable de regarder aux États-Unis et dire, hey, ce n’est vraiment pas nous...et de saisir l'opportunité»
Publié il y a 7 mois

27332

Dans Puisqu’il faut se lever, Paul Arcand discute avec Mitch Garber, président du Cirque du Soleil, de l’économie américaine et de la situation des Américains sous l’ère Trump versus les Canadiens. Entendu au 98,5 FM, Puisqu’il faut se lever. COGECO MEDIA. 18 octobre 2017.


Le985RE Le985RE
Membre depuis il y a plus de 3 ans

03:49

70

logo radioego

radioego.com